C'est libre que je suis meilleur

Snapshot

à quel moment considère-t-on une photographie comme une œuvre d’art ?

Martine Franck

« Une photographie, c’est un fragment de temps qui ne reviendra pas. »

La photographie en tant qu’œuvre d’art est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre. Aujourd’hui, la photo à moins de chance de nous impressionner qu’à l’aube de son invention, en 1826. Un flot d’images se déverse sur nos écrans à longueur de journée. Figer des clichés de la réalité est devenu chose banale. Alors,

à quel moment considère-t-on une photographie comme une œuvre d’art ?

La patte de « l’Artiste »

Prendre une photo, c’est à la portée de chacun d’entre nous. On prend une photo pour garder des souvenirs, partager un instant, pour nos papiers d’identités… La capture d’image est devenue tout à fait fonctionnelle et a perdu de sa valeur purement esthétique. Les artistes ont conservé cette quête de la beauté dans la photo, quitte à abandonner l’aspect figuratif et s’abandonner à l’abstraction. Sans même y réfléchir, ils capturent des bouts d’une réalité magnifiée. Et c’est leurs regards qui fabriquent ces photos.

En quoi consiste la photogénie ?

La photogénie ?

C’est la faculté de produire des photos qui vont plus loin que l’objet réel.

Un portrait n’est pas une ressemblance. Dès lors qu’une émotion ou qu’un fait est traduit en photo, il cesse d’être un fait pour devenir une opinion. L’inexactitude n’existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d’elles n’est la vérité’.

Richard Avedon

La photographie,

dès sa naissance, entretint des relations tout à la fois difficiles et opaques avec l’art. En France notamment, pays qui a vu son invention, et cela jusqu’à l’aube du xxe siècle, nombre d’écrivains et artistes se liguèrent pour affirmer qu’entre les deux, seuls prévalaient des rapports de subordination de la première au second. L’intérêt et la possible reconnaissance de la photographie en tant qu’art ne se manifesta donc qu’assez tardivement, une fois marginalisées les productions du premier « pictorialisme » visant à aligner l’esthétique du nouveau médium sur celle de la peinture. Au cours de la première moitié du xxe siècle, en partie grâce au surréalisme, la photographie entra progressivement dans le champ de l’art avant qu’au cours des années 1970, un emballement se produise, autorisant des légitimations rétrospectives rehaussées de justifications théoriques et esthétiques. L’entrée en scène du numérique contribua à l’accélération de ce mouvement de fusion – absorption par l’art contemporain, dont il n’est pas inutile de se demander s’il n’est pas une autre manière de soumettre la photographie à une identité rétrécie et réductrice.

Regarder la photo d’un artiste, c’est voir à travers son œil. Celui d’un être unique, qui crée avec son vécu et son devenir, qui n’appartiennent à personne d’autre. Etre original est naturel pour un artiste. Une œuvre est une œuvre parce qu’elle est unique. Et la créativité  a aussi une identité : le travail d’un artiste est reconnaissable parmi des centaines d’autres productions. Il y intègre sa technique, son style, son univers… En fait, « la patte » d’un artiste c’est les fragments de sa personnalité qu’il met dans ses œuvres, c’est «un coin de création vu à travers un tempérament » (Zola)…

Clair-obscur

Lettre d'information

signature

Restez au courant
des nouvelles publications !

En vous abonnant, vous recevrez périodiquement
ma lettre d'information


avec l'assurance que votre email restera confidentiel !.


P.S: Vérifier dans le dossier courrier indésirable.


This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More