C'est libre que je suis meilleur

Livre d’or

Le lagon bleu - Moulay Bouselham

LIVRE D’OR

Avenue des poétes

Lire plus sur...

Elle est belle comme une fleur,
le regard qui tue les résistances
et, sous l’insolente poitrine,
chante un cœur épris d’amour.
Mon âme se dégrise à la voir marcher,
la hanche raconte l’épopée nocturne
où les mains se confondent,
les corps se libèrent du joug quotidien.

Pour moi,

Entre elle et mon corps qui s’efforce
à vouloir tout, en même temps,
il n’y a rien d’autre que la sueur
des mouvements qui rapprochent
les folies interdites et différentes,
des rêves peu communs et pluriels.
Passer une moitié de la nuit
à la convaincre et l’autre moitié
à m’assurer qu’elle est mienne,
c’est le crucial effort inévitable
pour que son âme accepte
de céder aux douleurs d’un destin;
délicieux et unique, à nul autre pareil.

Quand le baiser a un goût étrange
entre la sève des roses et le jasmin,
entre le parfum subtil et l’odeur inconnue
qui vous accueille au paradis,
vous vous dites que le bonheur
n’est pas dans l’éclat du diamant,
le son des deniers qu’on amasse
ou le vertige des richesses immenses,
il est dans un regard qui force la beauté
à s’incliner par crainte de mourir.
Il me faudra, beaucoup écrire,
sur les marches du verbe aimer
pour qu’elle comprenne qu’elle est
au cœur des nirvanas que l’encens parfume.

Volutes de volupté et promesses frémissantes
sur les draps de satin, encore, tièdes
que les corps, sans cesse, martyrisent
avant que le jour n’apporte le réveil importun.
Quand des fois, j’ai soif d’elle,
l’eau claire des sources vierges
reste incapable d’étancher le besoin.
Mon regard s’étiole et mon cœur s’endort
Son prénom devient un refrain, une prière
que je reprends pour m’habituer à son absence.
Pleure, poète, ton âme se déchire
c’est en souffrant pour l’aimer
qu’elle deviendra plus belle encore !

Volutes de volupté et promesses frémissantes
sur les draps de satin, encore, tièdes
que les corps, sans cesse, martyrisent
avant que le jour n’apporte le réveil importun.
Quand des fois, j’ai soif d’elle,
l’eau claire des sources vierges
reste incapable d’étancher le besoin.
Mon regard s’étiole et mon cœur s’endort
Son prénom devient un refrain, une prière
que je reprends pour m’habituer à son absence.
Pleure, poète, ton âme se déchire
c’est en souffrant pour l’aimer
qu’elle deviendra plus belle encore !

Slider

     LE LIVRE D’OR   

CLIQUEZ sur "écrire un message"

Pour laisser votre message, cliquez sur « Ecrire un nouveau message »

Un acte de foi qui témoigne d’un affect positif car né, d’abord d’une rencontre que le hasard a favorisé, ensuite, le temps perdu à me lire  engrange, automatiquement, l’ébauche d’un échange que personne ne peut s’autoriser à négliger. Enfin, échanger, plus pour s’informer, apprendre ou corriger, que de se satisfaire de cette part de culture qui nous fait et nous distingue. Si donner son avis reste le seuil minimal de l’engagement, il fait miroiter l’espoir d’une amitié enrichissante et salvatrice.

 

Écrivez un nouveau message dans le livre d'or

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d’or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
1 message.
Nourredine Nourredine a écrit le 5 avril 2020 à 4 h 31 min:
MERCI à toutes celles et tous ceux qui ont pris la peine de me laisser leur impression !

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More