C'est libre que je suis meilleur

Première et dernière fois / Dérive de la foi / Du rêve, de l’oubli et du rêve / Les mots / Dire la femme

Tendance sociale: "Espérer le meilleur et s'attendre au pire !

Sur Facebook

أول وآخر مرة

أول وآخر مرة

باش نتفاهمو مزيان وما يكون حتى شك في هادشي لكانشفوه كانعيشوه يوميا. زمان كانوا شفارا ولكن محتارمين اعتقادات كل واحد. اليوم شفارا وزايدينها بالدخول صحة باش نتلاهوا وإلقو الفرصة إفرقو بيناتهم مال الضرائيب لكنأدِوْ. الشفارا ديال البارح اخداوا لينا غير فلوسنا وبقينا مجتمع واحد. أما البيجيدي ومن معاه, مخدمين تحراميات وافعال ولاد لحرام. ركبوا على الموجة ديال 20 فبراير ودخلونا بالفن حتى لقينا روسنا متزوجين بالبخاري و ابن ثيميا. شكون فينا كان كيعرف هاد ابنادم قبل ما إيجِوا هاد المنافقين ؟
القالب الاول كان مع اصحاب علال الفاسي وارباعتو: قراوا اولادهم في لاميسيون وخلاوا اولادنا كي اتخبطو بين الهمزة فوق الواو والكلام الخاوي. الإقتصاد ديال البلاد كله متحكمين فيه. هما لِكي احددوا الأثمان وهما لِكي احددوا الضرائب وشكون الي اخلصها.
جاو هذوا, هازين القرآن وكيحلفوا عليه بلِي معاهم ما غادي إبقى فساد وخيرات البلاد غادية ترجع لُماليها. الشعب المغربي دار النيه وثاق فيهم. اصدقنا كانخلصو اكثر ملي كان, حتى صندوق المقاصة زولوه. صندوق المعاشات, قالو القاوه خاوي وعواض مايشوفو شكون شفر لفلوس, زادو في العمر ديال التقاعد وزادوا فى واجب الإنخراط واكثر من هذا, ولاوْا حتى المتقاعدين كيخلصوا الضريبة على الدخل اللي الموظف هو الِي كي أديه.
كل مرة, دارو لينا قالب, كي اخرج واحد إقرا آياة الكرسي . بالعربية تاعرابت, لولبونا بقال الله وبقال الرسول.
2011~2020, فضرف 10 سنين, شكون فينا داز من لخنونا وصندلة الميكا الى آخر موديل ديال أفخر سيارة وفيلا اكبر من مسجد الحسن الثاني ؟ شكون فينا اخدم 5 سنوات واخرج للتقاعد ب 9 مليون في الشهر ؟ حتى فالوطو , قليل فين كتصدق.
ملي جاو قالو لينا الأخلاق و العفة والاعراض و النقاوة و الفضيلة وزيد, وزيد. دوخوا اولادنا بالكلام لمرصَع وهما من أخبث الكائنات الحية: واحد من العلماء ديالهم حصلوه رجال الدرك ساتي الاستادة لكانت كاتعلم ابنَياتنا الأخلاق, بلا ما نقلل الحياء… واحد آخر مخدم كاتبة اكثر من 20 سنة بلا ما إسجلها في الضمان الإجتماعي, وقال ليك وزير العدل… والمشكلة, باسم الله ورسوله …
واش زعمَا هاد البلاد فيها غير لمعيز ؟ الي جا اركب عليها ؟ واش ما بقاوا رجال الهمة والشان ؟
كل واحد منا افهم:
1- الله, الرسول, الجنة, جهنام… ما ديال حد وكل واحد مسؤول على راسو وبينو وبين ربو.
2- ما كاين غير القانون لكيحكم البلاد والي فرط إكرط.
3- أول حاجة الي تخرجنا من هاد الزلط الي احنا فيه, حنا هزنا الما, اولادنا خاصهم مداريس في المستوى, مدرسِين في المستوى ( في اليابان, الاستاذ كي اتخلص احسن من الوزير)
4- الإنتخبات جاية. مانصوطو غير على الي عاهدنا بهاد الشرط الوحيد. ونحضِوه لا إقولبنا.
إلا قرِينا اولادنا مزيان, اربحنا الرهان. وملي كنقولوا لقراية, ماشي الخزعبلت ولخوى الخاوي: العلوم أولا, التيكنولوجيا, الزراعة والفلاحة, التاريخ و الجغرافيا. المواد النافعة ماشي تخاريف واحد عاش فالجاهلية ولا باغي إلعب لينا فيها نبي. الدين فالقلب والمسجد .
إوا دابا غير إلى بغينا. كلشي واضح و اولاد لق…. عقنا بهم.

Du rêve, de l’oubli et du rêve

Oser sortir de sa zone de confort,
retrouver sa solitude sous la poussière,
marcher longtemps pour se déshabituer
de cette léthargie qu’on s’est forcée
à accepter pour des broutilles de rêve,
Jeter l’amour contrefaçon aux orties
épousseter les « je t’aime » accrochés
sur les bords lisses du faux semblant
et redevenir minable au quotidien…
Ne rien sentir, même pas rêver,
et repartir, de là, où j’avais laissé
l’enfance abandonnée, oubliée
comme une vieille chaussure, pour
des sourires construits à dessein,
des baisers comme des sous
en vulgaire zinc plaqué or,
brillants de l’extérieur mais creux
derrière l’estampille falsifiée,
des étreintes forgées et forcées
pour éblouir, divertir pour mieux
tromper, mentir et manipuler.
Partir en marchant ou rester
décidé à se regarder en face
pour s’inventer les insultes,
les injures qu’il me faudra mériter.
En trahissant l’innocence innée
j’avais, par égoïsme, en moi,
fais évaporer toutes les larmes
que j’aurais pu verser si j’avais
insisté pour rester moi-même.
Minauderies vulgaires d’écervelé
qui n’a songé qu’à plaire pour
croire que l’amour peut pousser
sur n’importe quelle terre !
Gesticulations préfabriquées
en copiant les rois légendaires
sans aucun espoir de trône,
ni royaume, ni armées , ni fierté.
Devenir cavalier servant, serviteur
de princesse perdue dans l’imaginaire,
rêvant pour hier ce qu’elle vivra demain !
Libéré, aujourd’hui, pour tout refaire
ou du moins, reprendre ma vie où,
imbécile heureux, je l’avais laissée.
Que me reste-t-il comme temps
pour tout récupérer ? me dis-je.
Qu’importe le temps quand l’intensité
vient tout balayer, tout recommencer.
Un seul regard suffira, un seul baiser
et comme un idiot, encore et encore,
je me mettrai à aimer, à tout sacrifier.
C’est ainsi que vivent tous ceux qui
ne songent à vivre qu’en restant entiers !

Espèrer le meilleur
et s'attendre au pire !

Les mots

C’est avec les mots,
rien que des mots,
des mots simples ou compliqués,
mais que des mots
pour dessiner l’univers
aux couleurs qui me conviennent.
Avec des mots magiques,
Je rends douce la peau d’une femme
qui a su torturer mes regards.
Un mot suffit, parfois,
pour rendre grâce
à la générosité du geste,
pour finir une rencontre,
ou débuter la journée…
C’est avec des mots
que les grands ont fabriqué
pour nous, des destins fabuleux.
Avec des mots, on peut tromper
la confiance et l’espoir mais,
est-ce des mots que le cœur invente ?
Mes mots se parfument
à l’air que je respire sans réfléchir.
Ils ne savent raconter
que ce que mon âme leur chuchote.
Mes mots viennent des douleurs
de ceux qui ont souffert pour aimer,
Ils viennent de l’odeur
des pensées qui se consument
au seuil des trahisons.
Ils me racontent le chagrin
des femmes séduites et abandonnées,
Et là joie des amours retrouvées.
Le râle du père exigeant,
la plainte du tronc maternel
qui frissonne au pas incertain
de l’enfant qui trébuche,
sont aussi des mots qui bouillonnent
au fond d’une mémoire remplie de mots !
Mes mots dorment dans chaque conscience
et tout mon bonheur est de les secouer
pour réveiller les valeurs oubliées.
C’est avec des mots
que j’ai sculpté l’Amour
sur les rêves de celle qui, aujourd’hui,
aime, encore, à m’écouter parler.
Avec des mots, celui qui me lit
dessine sur mes paumes
des années d’amitié.
Les mots doivent être
l’arme qui décourage les égoïsmes,
les mots peuvent tromper
mais ne résistent pas au mensonge.
Les mots vrais deviennent actes.

Restez au courant
des nouvelles publications !


En vous abonnant, vous recevrez, périodiquement,
la lettre d'information !


(Avec l'assurance que votre email restera confidentiel !)


NOURR Edine © all rights reserved
P.S: Vérifier dans le dossier courrier indésirable.
... Merci !

Quelques réactions et commentaires

خلاصة دقيقة وجاية من القلب سي نور الدين.
الأفيون الديني خَص حجورو يقبطوه فالجوامع و سدّينا. ما خصش يكون أصلاً حزب بمرجعية دينية، ولكن خَص الجرأة السياسية باش تتجر هاد الزربية من تحت رجلين هاد المنافقين ويغبر لهم الشقف فاللعبة السياسية إلى الأبد.
خَص تعديل دستوري باش ما يكونوش أحزاب بمرجعية دينية أصلاً.
المغرب خصو يتحكم بالقانون وماشي بقوانين كاتراعي الخرّيف ديال الدين بالمصائب لي فيه (الإرث، زواج القاصرات، الخ). للأسف هاد العشر سنين لي دازو تسرب الأفيون الخوامجي للنسيج المجتمعي و ما هي و ما لونها باش يُستأصل منّو.
خَص تحالفات ديال الأحزاب لي كايآمنو بالعقلانية و السماء ما فارضاش عليهم وصاية، الأحزاب لي الولاء ديالها للمغرب فقط، ماشي لدوك الگنوس المتخلفين ديال صحراء الحجاز أو لإمبراطور العثمانيين الجديد، خَص تحالف واضح ما بين كل ما هو وطني وحداثي باش حضوض الpjd تنقص الى أقصى درجة في انتخابات 2021.
ما كايشرفنيش أنا فالخارج نهدر على بلادي لي حاكمينها العشابة و المتخلفين…شوهتو بينا أالمتخلفين الجهَّل، و لكن ما عليهش المغرب غادي يطدهم من جسمو بحال شي گرادة، غير بلّاتي…
  • Fatima Zahra Amrani: Excellent ! Mes respects
  • Nourr Edine

    Tbarkaallah alik,le poste en darija passe mieux chez cette couche de notre société bernée par ces tartuffes.

  • Hassan Guimili Brava 3lik. Sincèrement, ton texte est un condensé de vérité sur les pratiques mafieuses de ceux qui se sont accaparés les manettes du pouvoir.        J’espère qu’il va être partager.    
  • Farid Bouche Bien dit Ssi Nourr Edine  bravoooo
  • المشكل هو أن المغاربة دايرين راسهوم فايقين وعايقين ولكن كل مرة كتدار بيهوم. وها هوما متبعين بو لحية حتى للهاوية كيضحكو عليهوم بللي اللغات العالمية لغة الكفار وأن لا علم إلا علم الشرع والكتاب المقدس للي هو القرآن وأن كل مستجدة ضلالة وكل ضلالة في النار … وها هوما تيقريو ولادهوم فأحسن المدارس وباللغات العالمية وخللي بوزبال متبع فيهوم وغزا فيهوم . مخلينهوم في علوم مستنقضات الوضوء وكيف تدخل إلى المرحاض والتداوي بالدعاء والرقية الشرعية وعلم النكاح
    الا عرفتي من جاي الخنز، كتبعد من الي عطيه. ماتحقرش اولاد بلادك، ادكى من ما اتخيل ليك. الغلطة ماشي من الضحية.. لكن من لي منعدم الضمير والوطنية !
  • Mes respects Si

    Nourr Edine

    . غير لي ما بغاش يفيق. و يعيق.

  • Un bon coup de gueule bien étayé. Le changement ne viendrait que par l’implication de tout le monde.
    « Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez. »
    Hannah Arendt.

Dérive de la foi

L’Histoire est immuable car inscrite dans le passé et plus rien ne peut l’atteindre sauf si on invente la machine à remonter le temps. L’église catholique, secouée par des scandales sexuels (pédophilie) et financiers avait besoin de quelqu’un pour redorer son image surtout quand la communauté juive, après la seconde guerre mondiale, demanda des comptes quant à l’attitude du pape Pie XII qui, bien que n’ayant jamais rencontré Hitler, avait signé « le concordat » avec le führer nazi quand ce dernier devint chancelier.
Après l’incendie du Reichstag, l’extermination des juifs commença. Le pape Pie XII ne broncha pas ou du moins, fit semblant de ne rien savoir.
Le Pape François en arrivant au Vatican, fit le ménage et entreprit des réformes drastiques avec pour unique objectif: la transparence. Il suspendit le procès de béatification du pape Pie XII et mieux encore, il déclassifia les dossiers relatifs à la période sombre de la seconde guerre mondiale. Quand les alliés condamnèrent l’extermination des juifs, le pape Pie XII resta à l’écart. Son silence était-il pour protéger les catholiques ou parce que le sort des juifs ne le concernait pas ?
Aujourd’hui, l’église catholique fait son examen de conscience et entreprend de corriger les erreurs du passé car après tout, le clergé est composé d’hommes et de femmes, tous faillibles. Le respect des croyants se mérite même quand on est investi par la plus divine des grâces. L’église fait la paix avec elle-même, avec ses sujets et avec les autres religions. Elle gagne en estime et voit ses rangs se fortifier.
Il a fallu du courage pour secouer l’arbre pourri par des années d’immobilisme et d’entêtement mais il a fallu, surtout, une prise de conscience quant à la dérive dangereuse qui menaçait l’institution à cause de cette rigidité entretenue par les gardiens du temple.
L’Islam, actuellement, est secoué par ses propres ennemis de l’intérieur, ceux-là même qui crient au complot et s’accrochent, becs et ongles, à l’image qu’ils veulent en donner sous couvert d’une fallacieuse réputation sous le slogan  » أحسن أمة أخرجت للناس  » (La meilleure communauté voulue par Dieu). En faisant le tour du mal qui ronge la foi musulmane, on découvre que si l’Islam n’autorise aucune autorité, aucun clergé, des hommes et des femmes en ont inventé, non pas un mais une myriade qui, chacune, interprète les écritures, selon son délire. Il en a résulté un brouhaha tel que le simple croyant qui fait ses prières, jeûne et s’en tient aux préceptes de l’Islam ne sait plus à quel saint se vouer. La notion de bien et de mal joue aux ping pong selon que l’on écoute telle ou telle mouvance. Pire encore quand la religion s’est acoquinée avec la politique et est devenue un outil de propagande partisane. L’immatérialité de la foi vole en éclats au point que les précurseurs de cette débauche ont dépassé, en aura, le prophète lui-même, les hadiths ont occulté le Coran et, n’importe qui, avec un minimum de rhétorique peut prétendre à une sainteté, ponctuelle peut être mais suffisamment efficace pour engranger des bénéfices sonnants et trébuchants. Des prédicateurs milliardaires, roulant dans des limousines de nababs, des crieurs publiques semant la terreur en brandissant les flammes de l’enfer.
Tel « morveux », encore pataugeant dans le sébum de l’adolescence peut, au nom de la religion, fustiger les femmes en blue jean, tel vieux bouc pervers peut débiter, sans honte, des sornettes sur d’illustres savants en déclarant que la science des sciences, c’est l’Islam. N’importe quel vendeur de string ou de savon noir, pour gagner en crédibilité, se déguise en compagnon du prophète. La liste est très longue quant à cette dépravation qui, comme un cancer, envahit le corps du croyant. A chaque coin de rue, comme des métastases, des individus s’installent en experts exorcistes, en prêcheur responsable de la foi des habitants du quartier. En plus que de menacer la sérénité du prieur qui veut croire, cette mafia qui ne dit pas son nom menace jusqu’au bien être intime et privé des individus.
Les premiers signes du ras le bol qui atteint ceux qui ont acquis quelques bribes sur leurs droits et libertés, jaillissent, ça et là, non sous la forme d’une révolte organisée mais d’un rejet de plus en plus acerbe de toute religion. Le droit international leur donnant raison, certains s’emparent de leur liberté de conscience et crient à qui veulent les écouter, le caractère inquisiteur et destructeur de la religion, toutes les religions ! De grands noms, aussi et peut être mieux érudits qu’un Boukhari radoteur ou d’un Qotb fanatique et sanguinaire, dénoncent la manipulation des textes par des mercenaires sans foi, ni loi !
Au Maroc, la situation est identique alors que le pays a, au sommet des questions religieuses, une sorte d’institution, constitutionnalisée, en charge de ce pan de la vie des citoyens. « Amir A Mouminin », en la personne du Roi, c’est très différent de « Amir Al Mouslimin » et, ce titre porte en lui, cette laïcité à la marocaine depuis l’aube des temps. S.M Feu Mohamed V, au contraire d’un Mohammed Amin al-Husseini qui serra la main au Führer et engagea les moudjahidines de la Bosnie aux côtés des SS, a eu ce courage de refuser que l’on touche aux marocains de confession juive. Il n’a pas été « combattant de la liberté » pour rien !
C’est à cela qu’il nous faudra revenir en interdisant ceux qui salissent la réputation des mosquées et piétinent, avec barbarie et maladresse, l’essence originelle de toutes les religions. C’est d’autant plus facile qu’en Islam, il n’y a pas clergé, ni prêtre, ni rabbin. L’Imamat n’a jamais été un statut mais juste un guide le temps d’une prière en groupe. La religion ne s’enseigne pas dans la rue, sur le trottoir mais dans la pudeur de la famille et le respect de la présence de l’instituteur !
Il y a des envies qui ne nous quittent jamais, du moins, nous les hommes. Je ne parle que de ceux qui ont atteint ce degré de conscience de cette homogénéité de l’humanité quand rien ne vient distinguer l’homme de la femme, l’enfant du vieillard, le riche du pauvre. Des envies pérennes qui s’entrechoquent, s’endorment et se réveillent grâce à cette alchimie phéromonale, à cause des lignes, courbes et volumes ou simplement au fond des regards qui contemplent le geste grâcieux ou quand le verbe juste vient la décrire sans en écorcher l’essence et le sens.
Dans cette rubrique des souvenirs que le réseau bleu enclenche chaque jour, des textes reviennent pour nous rappeler ces visions furtives ou fugaces, l’instant d’un vertige à peine perceptible et qui éveillent, en chacun, les soubresauts d’une vie qu’on veut belle, sans immondices intellectuelles, sans perversion déguisée en fausse prière et sans prétention aucune…
On ferme, alors, les yeux pour lire ce qui reste d’un égarement incontrôlé mais volontaire et, bizarrement, le plaisir qu’on a eu à l’écrire reste égal à celui qu’on a à le relire…

Dire la femme

Comme une tornade,
elle vient de déranger ma présence
avec ses courbes, rondeurs généreuses.
Je n’ai rien vu d’autre
que le galbe d’un genou
qui attend la paume de la main,
comme une fleur, l’insecte.
Du mollet en carpe à la cheville
qui inspire la finesse
des démarches royales,
la cuisse hospitalière
ou le nombril qui dort
dans la douce plaine
qui tremble sous le regard,
l’œil se balade
comme sur une toile géante
où chaque coin
rend la mémoire volatile.
Les seins insolents,
libérés par le rire,
rappellent l’univers des complicités
qui s’emparent de la nuit.
La fraîcheur du cou,
sous le menton volontaire,
vibre avec la douceur d’une voix
qu’elle module pour éblouir.
Des lèvres, semble jaillir des mots
comme l’eau claire d’une source
qui se cache à l’ombre des fougères.
Déesse des intimités conquises
et musique voluptueuse
accompagnant sa prestance,
elle crée le monde comme elle le désire
et se repose sur les regards attentifs
aux postures qu’elle invente pour séduire.
Reine des mondes de lumière et d’argent,
dans son infinie beauté sans frontières,
elle, éblouissante lueur du matin,
quand le sourire rencontre le sourire.
Lui, chevalier servant de la grâce
dessinée avec des courbes voluptueuse
avec la promesse du vertige, en embuscade.
Chaque jour que Dieu fait, est une aventure
qui les transporte, loin au dessus
de la misère des pensées mesquines.
Là où les regards se nourrissent
des clartés célestes et des fraîcheurs de l’aube
qui se fabriquent derrière la nuit,
à l’ombre des complicités chuchotées,
murmurées sur la patience de l’oreiller.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More