C'est libre que je suis meilleur

Sacré, oui mais / Éclats de liberté / Scène / Jolie femme

Le jour, c'est le black out. Les esprits se retiennent et le levier de vitesse est au point mort. On ne roule pas, on glisse avec pour seul point de mire, l'horizon quand il sera brûlé par le soleil.

Sacré, oui mais…

Le jour, c’est le black out. Les esprits se retiennent et le levier de vitesse est au point mort. On ne roule pas, on glisse avec pour seul point de mire, l’horizon quand il sera brûlé par le soleil. Si le matin, la vie est celle d’une ruche que les abeilles ont désertée, l’après midi, les corps, pour tuer le temps, jouent à monter la bande annonce de ce que sera le ftour. On se dirige vers les marchés improvisés au coin des rues et personne ne trouve à redire. On jeune, on a donc le droit à quelques excès. Pour un poivron de trop, le vendeur prend la mouche et les yeux exorbités, menace l’indélicat ! L’ambiance vire vers celle du crime et, dans le brouhaha des voix qui s’entrechoquent, la tomate joue à l’effarouchée devant les fruits qui affichent leurs prix avec arrogance. Nous sommes loin, très loin du nirvana spirituel et des pensées lavées de toute impureté. On se retient, en faisant semblant de se retenir. On a sorti les vêtements larges qui rafraîchissent, les sandales qui annoncent le laisser aller et les haleines sentent le souffre et le sommeil interrompu. Nous sommes loin de cette image propre qui fait la une sur l’écran aseptisée de la sixième chaîne. Le voile y fait figure de couronne vertueuse sur le visage féminin devenu angélique, le temps d’une lecture de sourate nettoyée à l’eau de Zemzem. La star, sous sa barbe arrangée pour donner au visage un air de saint qui atterrit du vol saoudien. Ce ne sont pas des débats qui s’enflamment autour d’une interprétation incomplète, c’est un discours qui raconte la vie et comment elle doit être sous le regard du Bon Dieu. A les écouter, si on y arrive, pour le paradis, il n’y a qu’un seul sentier, exiguë et semé d’embûches et que ne parviennent à le parcourir que ceux qui ont tout abandonné, ici bas, pour ramper sous les coup d’une fatalité inévitable. Plus on souffre, parait-il et plus le vin des rivières qui coulent au paradis, est délicieux.
Quand il ose parler des femmes dans l’au delà, cela me rappelle ce hurluberlu qui avait inventé la virginité éternelle des nymphes qui attendent le croyant. A l’écouter, le paradis devient, avec ses dizaines de femmes disponibles et à volonté, un lieu de débauche où tout est mis à disposition de l’humain pour assouvir ses moindres désirs.
Qui oserait croire que l’après vie se transforme et devient un univers de liberté où rien ne sera interdit à celui qui a résisté, ici bas ? Comment peut-on parler à tort et à travers quand, autour de nous, c’est le sort de l’humain qui est en jeu ?
Le mois où le corps et l’esprit jeûnent, la réalité se transforme et prend des allures de contes et de légendes quand, au départ, il fallait rendre normal et obligatoire l’acte de penser et vivre comme ceux qui n’ont rien ? La religion, avec ces nouvelles couleurs, est devenue une grande manipulation commerciale. On y vent le rêve à ceux à qui tout manque, On distille, dans l’oreille des hommes qui devaient être en colère, de la crainte et de la résignation pour dissiper leur désir de vivre dignement et, pour couronner le tout, jouer au saint rapporte et rend riche et à l’aise ceux qui utilisent le verbe sacré pour éblouir.
Il me faudra retrouver cette douleur silencieuse qui déchire le ventre et cette satisfaction à pouvoir vivre pauvre, pendant tout un mois et sans rien attendre en retour. Il me faudra revenir à cette chaleur que la mère prodiguait dans le bruit des préparatifs qui précèdent la jouissance du devoir accompli. Retrouver le goût sublime de la première cuillère qui vient interrompre l’interdit volontaire qu’on assumait avec fierté, avec courage.
On aura beau dire, Dieu n’a rien créé de laid dans le parcours clair qui mène vers lui. Il n’y a ni peur, ni crainte dans la prière qu’on lui adresse. Aucun prix à payer pour en être digne. Il suffit à chacun de regarder autour de soi pour refuser la misère ou l’injustice. Dieu n’est pas dans les mots psalmodiés comme à l’ombre de la Kaaba, il est dans cette volonté à vouloir ne voir aucun homme, aucune femme souffrir pour survivre.

signature

Restez au courant
des nouvelles publications !

En vous abonnant, vous recevrez périodiquement
ma lettre d'information


avec l'assurance que votre email restera confidentiel !.


P.S: Vérifier dans le dossier courrier indésirable.


Jolie femme !

Incitation, coupable ou innocente ?
Jolie même quand elle n’est pas belle,
trop présente dans le silence des discours
qui s’interrompent à son passage.
Elle ne semble vivre que pour faire danser
le regard sur le mouvement de ses hanches.
Elle n’est ni belle, ni jolie: elle est rare et particulière.
Autour d’elle,
l’envie des autres femmes
devient un manque de gout,
une absence de qualité
quant au regard venimeux
qu’elles lancent dès que son dos
s’en va vers l’horizon qu’elle préfère.
Il y a, dans son habitude de vouloir être,
comme un parfum de femme
que revendique le jasmin,
comme un air de chanson qui fait vibrer le désir.
A la voir marcher,
consciente de sa volonté de séduire,
les yeux s’écarquillent pour mieux mémoriser
la ligne discrète des rondeurs qu’elle emporte.

On ne la voit pas, on la regarde !
Dans son regard vif, l’intelligence hiberne
et sur la finesse de ses lèvres,
le mot s’accroche sur la fraîcheur des pensées
qu’elle délivre avec grâce et élégance.
Le rire, chez elle, est une nature
comme la couleur des pétales
qui s’éparpillent derrière son passage.
Elle n’est ni reine, ni princesse
et l’altière prestance qu’elle dégage
semble confirmer la noblesse de l’âme
qui bouillonne, en elle, comme une rivière.
Chaque jour qui passe, retient l’histoire,
d’un claquement de ses doigts,
d’un éclat de ses rires ou du vertige,
à peine effleuré, qu’elle libère à hauteur de ses reins.
Elle ne reste assise que pour donner
le spectacle d’un corps qui s’offre au regard.
Les jambes insolentes dérangent l’abstinence
et réveille la soif qui torture les bas ventres en colère.
La main frétille et tremble quand la cuisse hospitalière
s’étale à la lumière en éblouissante aventure.
La douceur du petit ventre est une plaine
où navigue et se retient, le rayon de soleil.
Comme un oiseau qui vient boire
les gouttes de rosée sur les pétales mauves
de la fleur fine de safran sauvage,
le doigt s’attarde et s’endort dans la chaleur
du nombril qui frémit quand le regard s’attarde.
Le poumon, qui balance le galbe du sein qui dort,
retient l’air qu’elle respire avant de le rendre
en haleine fraîche et parfumée comme l’odeur du paradis.
Sur l’épaule fine qui attend la caresse,
le baiser se transforme en poème et tombe en éclats,
dans l’échancrure qui s’offre à l’envie de fraîcheur
qu’elle dégage quand elle s’endort.

Dans les prières du jour,
elle devient l’image qui bouscule
les pensées creuses qui ne veulent rien dire
et comme une virgule qui s’impose,
elle temporise le souffle et rythme
la cadence des respirations qui s’accélèrent,
quand elle arrive,
quand elle s’approche,
quand elle passe,
quand elle s’en va.
Inconsciente jusqu’à l’insouciance,
elle s’admire dans le regard qui la désire
et semble se reconnaître dans le désarroi
de la bouche ouverte qui l’admire.
Elle n’est femme
que pour se distinguer du viril maladroit
et dans la finesse de l’adjectif qui la qualifie,
elle se complaît à croire qu’elle n’est qu’ Elle,
désirable jusqu’à la pointe des cils qui tremblent,
rare peut être, belle s’il le faut mais simplement jolie !

Éclats de liberté

Acide, le verbe
Torture et souffrance
Avec le mot pour seul recours.
Parler et dire les regards étouffés
par des années d’habitude.

Ils ont peur du soleil
Les abonnés de la pénombre.
Ils grignotent la vie
Avec crainte et parcimonie.
Pourtant, il n’y a aucune crainte à,
croquer le fruit, avec passion
quand le printemps se force à dessiner
pour nous, avec les couleurs des fleurs
des rondeurs délicieuses,

Construire une galaxie
sur les tons d’une mèche
ou trembler, sans le vouloir,
sur la fragilité des cils,

Attendre en dormant sur le seuil
des lèvres qui racontent des incendies
ou se pencher, les yeux fermés
pour respirer l’odeur d’un corps
qui rappelle le parfum du paradis,
Jasmin subtil et Santal envoûtant…

Elle est là, la vie, regardée
à travers des siècles de mensonges.
Vie interdite car incomprise.
Vie refusée car inconnue.
Mon bonheur est simple.
Une larme de joie suffit
pour qu’il se transforme
en feu d’artifice déchirant la nuit
en arc en ciel divisant l’azur.

Faire d’un baiser, un roman fabuleux.
Faire d’une étreinte, un fleuve en crue
Faire d’un regard, un horizon embrasé
et, finir le jour sur l’épaule nue
de la confiance retrouvée.

Libérez vos cheveux et vos yeux.
Ce que vous évitez de voir
est perdu pour l’éternité.

Levez-vous et dansez
au rythme de vos poumons,
à la cadence du cœur
qui ne sait pas s’arrêter.

Chaque rêve que l’on se refuse
est une insulte à l’esprit qui s’atrophie.
À quoi sert le feuillage d’un arbre
quand le tronc est creux,
rongé par le temps et l’habitude ?

Fade et triste est le spectacle
des consciences soumises
car Dieu n’a inventé le courage
que pour pouvoir imaginer sa vie
avec l’énergie des volontés.

Je regarde le ciel et les nuages
et je peux y imaginer des formes
qui racontent ce que je refuse d’oublier.

L’amour est en moi comme un souffle
qui dirige mes pas vers la grâce
d’un doigt qui annonce l’élégance
ou transforme le regard incertain
que je colle sur une hanche généreuse
en un spectacle nocturne défiant la volupté.

La vie est là où on veut bien la voir
et de nos choix, nous fabriquons un destin.
Faisons en sorte qu’il soit meilleur,
nous ne sommes vus et jugés
que sur les traces que nous laissons derrière.

Laissez des prières pour héritage
est une offense à la vie, aux autres,
un silence qui ne veut rien dire
quand des graines pourrissent
faute de n’avoir pas été semées.

S’habituer à la liberté
est une douce délivrance !

Poser un baiser, les paupières baissées
sur le dos d’une main d’une femme,
c’est, déjà, écrire un poème
avec le rêve pour encrier.

Andromède

Scène

Les anges regardaient, médusés, l’enfant déchiqueter le cordon ombilical. Le sang giclait sur le visage du père. Jamais altruisme ne fut, ainsi, trompé. Jamais amour ne fut traité avec tant de désinvolture et jamais le rêve, construit ensemble, pierre par pierre, ne fut maltraité de cette manière.
C’est à cet instant que le père comprit que son devoir était arrivé à son terme. Au lieu de suivre les pas laissés par l’ingratitude sur le sable, il prit la direction opposée et marcha vers ce coin qu’il s’était choisi pour venir y mourir, un jour.
Qu’importe la manière, une vie arrive et une autre s’en va. Tout le reste, c’est de la littérature mais, dans le silence des consciences tranquilles, c’est la fin qui vient confirmer la raison des gestes et la vérité des actes qui ont fait de l’enfant, un homme. Le bonheur de chacun n’est pas dans le bénéfice d’une main qui se tend, comme une aumône, vers la vieillesse moribonde, il est dans le spectacle de son enfant devenu un adulte qui s’assume.
Qu’importe les regards de bienveillance et les mots qui réchauffent, l’instant d’un soupir, le froid des égoïsmes inévitables ? Qu’importe pour un père de mourir, seul ou sous des regards noyés de larmes ? L’inévitable, il ne faut pas se leurrer, met un terme au rêve qui a, l’au delà, pour ambition.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More