C'est libre que je suis meilleur

Auguste RODIN

est considéré comme le père de la sculpture moderne

RODIN

Musée Rodin
Paris - FRANCE

1840-1917

Auguste Rodin naît en 1840, dans une famille modeste. Son père, Jean-Baptiste, est d’origine normande et s’est installé à Paris comme garçon de bureau à la préfecture de police. Sa mère, Marie Cheffer, est originaire de Lorraine. Rodin a une sœur aînée dont il est très proche, Maria Louise, et une jeune sœur, Anna Olympe, qui meurt à l’âge de quatre ans. Il a aussi une demi-sœur, Clothilde, qui restera à l’écart de la famille.
En 1864, Rodin rencontre Rose Beuret. Elle devient sa compagne et sera plusieurs fois son modèle. Deux ans plus tard, elle donne naissance à leur fils : Auguste Eugène Beuret. Rose Beuret est une femme discrète et dévouée malgré les nombreuses infidélités de Rodin. Elle ne l’épousera qu’en 1917, quelques jours avant de décéder des suites d’une pneumonie.

L'enfance

Jusqu’à 9 ans, Rodin reçoit les bases d’un enseignement religieux. Durant son enfance, Rodin est un élève médiocre. Il faut dire qu’il voyait très mal car il était myope, ce qui ne devait pas l’aider.
À 11 ans, Rodin est envoyé à Beauvais dans un pensionnat tenu par son oncle. Il s’intéresse très tôt au dessin mais son père ne veut pas qu’il devienne artiste.

Museé Rodin Paris
Auguste Rodin est considéré comme l’un des pères de la sculpture moderne.
Il a réalisé environ 7000 sculptures, 10.000 dessins et 10.000 photographies
au cours de sa carrière.
Musée RODIN Paris

Le sujet principal de Rodin est le corps humain. Dans son atelier, il saisit les mouvements naturels de ses modèles. Il cherche à rendre les corps expressifs, comme s’ils étaient vivants !

Auguste RODIN
Au XIXe siècle, une sculpture est considérée comme achevée seulement si le corps du personnage est représenté en entier ou en buste. Rodin est l’un des premiers à oser présenter des morceaux de corps.
Auguste Rodin

Au début de sa carrière, Rodin travaille dans les ateliers de plusieurs sculpteurs et décorateurs, à Paris puis à Bruxelles, en Belgique.
En 1880, l’État français attribue à Rodin un atelier au Dépôt des marbres qu'il garde pour le restant de sa vie. Cette année correspond à la commande de la Porte de l’Enfer.
À partir de 1893, Rodin loue puis achète la Villa des Brillants à Meudon. Il y installe différents ateliers dans les bâtiments annexes. C’est là que travaillent ses nombreux collaborateurs, praticiens (spécialistes du dégrossissage des blocs de pierre), mouleurs et ouvriers.
Rodin s’installe en 1908 à l’Hôtel Biron, un ancien hôtel particulier loué à bas prix à des artistes. Il y fait la rencontre du peintre Matisse et du danseur Nijinski. Ce lieu lui sert principalement à recevoir des journalistes, des marchands, et des collectionneurs. À la fin de sa vie, Rodin négocie la donation de ses collections à l’État, en échange de la création d’un musée Rodin dans l’Hôtel Biron.

Auguste RODIN
À partir de 1876, Rodin effectue plusieurs voyages en Italie. Il y découvre les chefs-d’œuvre de la Renaissance italienne dans les villes de Florence, Turin, Venise, Rome, … Rodin s’inspire tout particulièrement des sculptures et des peintures de Michel-Ange. Il lui emprunte l’attitude expressive des corps et la technique du non finito qui consiste à créer un contraste entre des surfaces polies et d’autres laissées brutes.
Auguste RODIN
Sculpteur
En 1881, Rodin part en voyage pour l’Angleterre. Il y apprend la technique de la gravure auprès de l’aquafortiste Alphonse Legros.
Auguste RODIN

Rodin était un créateur hors pair, un travailleur acharné. Après ses débuts à la «Petite École», il travaille dans l’atelier de l’ornemaniste Albert-Ernest Carrier-Belleuse, à Paris puis à Bruxelles, où il fait preuve d’une grande habilité pour les sujets décoratifs, d’esprit XVIIIe. La découverte de Michel-Ange, lors d’un voyage en Italie en 1875-1876, est déterminante pour la suite de son travail. À son tour, Rodin opère une rupture dans l’histoire de la sculpture, en ouvrant la voie à l’art du XXe siècle, par l’introduction dans son œuvre de procédés techniques et de partis pris plastiques qui se trouvent au centre de son esthétique.

Auguste RODIN

LE PENSEUR
Auguste Rodin (1840 -1917)

MONUMENTAL
1903
Bronze
H. 180 cm ; L. 98 cm ; P. 145 cm

Fonte réalisée par la fonderie Alexis Rudier en 1904 et attribuée au musée Rodin en 1922.

Auguste Rodin

MONUMENT DES BOURGEOIS DE CALAIS
Auguste Rodin (1840 -1917)
1889
Plâtre
H. 219,5 cm ; L. 266 cm ; P. 211,5 cm

Le monument, dans sa dernière version, fut achevé en 1889 et inauguré à Calais en 1895.

Deux solutions avaient été envisagées par Rodin pour son installation : à même le sol, afin que le groupe « [devint] plus familier et [fit] entrer le public mieux dans l’aspect de la misère et du sacrifice » (Rodin, 1893), ou sur un socle très élevé, de manière à ce qu’il se découpât sur le ciel.
Le socle triomphal de la première maquette a disparu et les six personnages sont désormais individualisés, réunis sur une même base, mais indépendants. Seuls face à leur destin et à la mort, ils ne se regardent pas, ne se touchent pas. Simplement vêtus d’une tunique, la corde au cou et les pieds nus, les condamnés entament leur lente marche funèbre.

Auguste RODIN
"Les trois ombres " Avant 1886

Dans la Divine Comédie de Dante, les ombres, c’est-à-dire les âmes de trois damnés, se tiennent à l’entrée des Enfers et désignent une inscription sans équivoque : « Vous qui entrez, abandonnez toute espérance ». Rodin fit plusieurs études d’Ombres, et finit par assembler trois figures identiques qui semblent ainsi tourner autour d’un même point. Il les plaça au sommet de La Porte, d’où elles dominent le spectateur, puis les fit agrandir pour créer un groupe monumental autonome.
Comme pour Adam, dont Les Trois Ombres reprennent la pose douloureuse, l’influence des œuvres de Michel-Ange est ici évidente. L’exagération de l’inclinaison de la tête est telle que les cous et les épaules dessinent pratiquement une seule ligne. C’est par de telles déformations anatomiques que Rodin atteignait à une puissance expressive sans égale à son époque.

Créé dès 1880 dans sa taille d’origine, environ 70 cm, pour orner le tympan de La Porte de l’Enfer, Le Penseur était alors intitulé Le Poète : il représentait Dante, l’auteur de La Divine Comédie qui avait inspiré La Porte, penché en avant pour observer les cercles de l’Enfer en méditant sur son œuvre. Le Penseur était donc initialement à la fois un être au corps torturé, presque un damné, et un homme à l’esprit libre, décidé à transcender sa souffrance par la poésie. Pour sa pose, cette figure doit beaucoup à l'Ugolin de Jean-Baptiste Carpeaux (1861, musée d'Orsay, Paris) et au portrait assis de Laurent de Médicis sculpté par Michel-Ange (1526-1531, Chapelle des Médicis, Église San Lorenzo, Florence).
Tout en gardant sa place dans l’ensemble monumental de La Porte, Le Penseur fut exposé isolément dès 1888 et devint ainsi une œuvre autonome. Agrandi en 1904, il prit une dimension monumentale qui accrut encore sa popularité : cette image d’un homme plongé dans ses réflexions, mais dont le corps puissant suggère une grande capacité d’action, est devenue l’une des sculptures les plus célèbres qui soient.

Auguste RODIN
Le penseur

1880-vers 1890
Bronze
H. 635 cm ; L. 400 cm ; P. 85 cm

Fonte réalisée par la fonderie Alexis Rudier en 1928 pour les collections du musée.

La Porte de l’Enfer occupe une place tout à fait particulière dans la création de Rodin. Travaillant avec fièvre durant plusieurs années, il créa plus de deux cents figures et groupes qui forment un véritable vivier dans lequel il puisa durant le reste de sa carrière. Après avoir espéré pouvoir la présenter à l’Exposition universelle de 1889, le sculpteur laissa La Porte de côté à la fin des années 1880.
À plusieurs reprises, il eut pourtant l’ambition d’achever son œuvre. Dans le cadre de sa grande exposition personnelle de 1900, il résolut de la montrer enfin au public, mais dans un état fragmentaire puisqu’il renonça finalement à mettre en place les figures les plus en relief, indépendantes de la structure principale, jugeant qu’elles produisaient un contraste trop fort avec le fond.
Vers 1907, La Porte fut proche de voir le jour dans une version luxueuse, alliant le bronze et le marbre, qui devait être installée au musée du Luxembourg, où étaient exposées les œuvres acquises par l’État auprès des artistes contemporains.
C’est en 1917 seulement que Léonce Bénédite, premier conservateur du musée Rodin, parvint à convaincre le sculpteur de le laisser reconstituer son chef-d’œuvre pour en faire réaliser une fonte, Rodin mourut avant de voir le résultat de tous ses efforts.

La porte de l'enfer
Musée Rodin

Rodin était un créateur hors pair, un travailleur acharné. Après ses débuts à la «Petite École», il travaille dans l’atelier de l’ornemaniste Albert-Ernest Carrier-Belleuse, à Paris puis à Bruxelles, où il fait preuve d’une grande habilité pour les sujets décoratifs, d’esprit XVIIIe. La découverte de Michel-Ange, lors d’un voyage en Italie en 1875-1876, est déterminante pour la suite de son travail. À son tour, Rodin opère une rupture dans l’histoire de la sculpture, en ouvrant la voie à l’art du XXe siècle, par l’introduction dans son œuvre de procédés techniques et de partis pris plastiques qui se trouvent au centre de son esthétique.

Auguste RODIN

né à Paris le 12 novembre 1840 et mort à Meudon le 17 novembre 1917, est l'un des plus importants sculpteurs français de la seconde moitié du XIXᵉ siècle, considéré comme un des pères de la sculpture moderne.

MONUMENT DES BOURGEOIS DE CALAIS
Auguste Rodin (1840 -1917)
1889
Plâtre
H. 219,5 cm ; L. 266 cm ; P. 211,5 cm

Le monument, dans sa dernière version, fut achevé en 1889 et inauguré à Calais en 1895.
Deux solutions avaient été envisagées par Rodin pour son installation : à même le sol, afin que le groupe « [devint] plus familier et [fit] entrer le public mieux dans l’aspect de la misère et du sacrifice » (Rodin, 1893), ou sur un socle très élevé, de manière à ce qu’il se découpât sur le ciel.
Le socle triomphal de la première maquette a disparu et les six personnages sont désormais individualisés, réunis sur une même base, mais indépendants. Seuls face à leur destin et à la mort, ils ne se regardent pas, ne se touchent pas. Simplement vêtus d’une tunique, la corde au cou et les pieds nus, les condamnés entament leur lente marche funèbre

MONUMENT DES BOURGEOIS DE CALAIS
Auguste Rodin (1840 -1917)
LE BAISER
Auguste Rodin (1840 -1917)
Vers 1882

Marbre

H. 181,5 cm ; L. 112,5 cm ; P. 117 cm

S.1002 /Lux.132

Marbre, commandé par l’État en 1888, taillé entre 1888 et 1898. Entré au musée du Luxembourg en 1901 ; attribué au musée Rodin en 1919.

Le Baiser représentait à l’origine Paolo et Francesca, personnages issus de La Divine Comédie, poème de Dante Alighieri (1265-1321). Tués par le mari de Francesca qui les avait surpris en train de s’embrasser, les deux amoureux furent condamnés à errer dans les Enfers. Ce groupe, conçu tôt par Rodin, dans le processus créatif de La Porte de L'Enfer, figura en bonne place au bas du vantail gauche, face à Ugolin, jusqu’en 1886, date à laquelle le sculpteur prit conscience que cette représentation du bonheur et de la sensualité était en contradiction avec le thème de son grand projet.

LE BAISER

Il en fit alors une œuvre autonome et l’exposa dès 1887. Le modelé souple et lisse, la composition très dynamique et le thème charmant valurent à ce groupe un succès immédiat. Aucun détail anecdotique ne venant rappeler l’identité des deux amants, le public le baptisa Le Baiser, titre abstrait qui traduit bien son caractère universel. L’État français en commanda une version agrandie en marbre que Rodin mit près de dix ans à livrer. Ce n’est qu’en 1898 qu’il accepta d’exposer ce qu’il appelait son « grand bibelot » en pendant de l’audacieux Balzac, comme pour mieux faire accepter ce dernier.

Le baiser

AUGUSTE RODIN

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
PlayPause
Shadow
Slider

AUGUSTE RODIN – Sculpteur français, est considéré comme le sculpteur à l’origine de la sculpture moderne. Ses nombreuses œuvres, comme « Le Penseur », sont aujourd’hui encore mondialement connues.

Biographie

Né à Paris le 12 novembre 1840, Auguste Rodin voit le jour au sein d’une famille modeste. Son père, Jean-Baptiste, est garçon de bureau à la préfecture de police, et sa mère, Marie, est femme au foyer. Le jeune Auguste reçoit une éducation religieuse solide. Pourtant, dans son enfance, Auguste n’est pas un très bon élève. Affecté de myopie, il peine à apprendre correctement ses leçons, même après avoir été envoyé à Beauvais, dans la pension que tient son oncle. Mais il apprécie dessiner dès qu’il en a l’occasion. Alors, à l’âge de 14 ans, ses parents l’inscrivent à l’École Spéciale de dessin et de mathématiques (l’équivalent de l’École nationale supérieure des arts décoratifs, de nos jours). Sa passion pour la sculpture naît dans cette école. En 1857, il tente le concours d’entrée pour l’École des Beaux-Arts, soutenu par ses professeurs qui ne tarissent pas d’éloges quant à son talent. Il réussit l’épreuve de dessin, mais échoue à trois reprises pour celle de la sculpture. Afin de pouvoir vivre, il travaille et apporte ses services dans des ateliers de sculpteurs et de décorateurs.

Auguste Rodin se fait la main avec ses premières œuvres

Après le décès de sa sœur Maria, Auguste Rodin remet sa vie en question et se plonge entièrement dans la religion. Il entre chez les Pères du Très-Saint-Sacrement sous le nom de frère Augustin. Là-bas, il sculpte le buste du Père Eymard, qui le pousse à poursuivre son chemin sur la voie de l’art. De retour à la vie civile, Rodin rencontre en 1864 une jeune ouvrière couturière, Rose Beuret, qui lui sert de modèle. Pendant plus de 50 ans, Auguste Rodin partage sa vie avec Rose, mais ne l’épouse qu’en 1917, peu de temps avant leur mort à tous les deux. En 1865, il entame une collaboration avec le sculpteur Albert-Ernest Carrier-Belleuse, et va travailler dans son atelier pendant cinq ans. En 1870, il suit le sculpteur Antoine-Joseph Van Rasbourgh en Belgique, où ils réalisent le décor du palais des Académies de Bruxelles. Après un voyage en Italie pour étudier les œuvres de Michel-Ange, Rodin crée sa première grande œuvre, L’Âge d’airain, en 1877 une fois de retour à Paris. L’État lui commande alors La Porte des Enfers, une œuvre magistrale inspirée de la Divine Comédie de Dante Alighieri. Sa carrière de sculpteur est définitivement lancée. À partir de 1883, Rodin entretient une relation avec Camille Claudel, relation artistique et amoureuse qui dure plus d’une dizaine d’années.

Auguste Rodin sculpte son chef-d’œuvre, le Penseur

Viennent alors les années de la consécration. Auguste Rodin enchaîne les sculptures, et illustre Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire en 1887. Il est aussi sélectionné pour l’Exposition universelle de Paris en 1889, avec sa sculpture en marbre Le Baiser. Membre fondateur de la société nationale des Beaux-Arts, Rodin réalise le monument en hommage à Victor Hugo pour le Panthéon de Paris. Claude Monet et Paul Cézanne sont ses plus proches amis et collaborateurs. En 1906, l’une de ses plus célèbres œuvres, Le Penseur, sur laquelle il a commencé à travailler pour la réalisation de La Porte des Enfers en 1880, est installée devant le Panthéon. De nos jours, la sculpture est visible partout dans le monde grâce à plusieurs fontes. En 1910, Rodin est nommé Grand officier de la Légion d’honneur. Malgré un état de santé peu avantageux, le sculpteur reçoit plusieurs commandes, comme celle d’un monument à la mémoire des combattants de Verdun. Auguste Rodin finit ses jours à Meudon, le 17 novembre 1917 dans sa Villa des Brillants. Il y est enterré auprès de sa femme et compagne de toujours, Rose Beuret. Leur sépulture est d’ailleurs surplombée par une réplique du Penseur de Rodin.

Je n’invente rien, je redécouvre.

Musée Rodin - Paris

Amoureux de Michel-Ange tout autant que des cathédrales de France, Auguste Rodin possède une solide culture. Il prend pour compagne, dès 1864, une ouvrière, Rose Beuret. Le climat est conflictuel après que Rodin a fait la rencontre de Camille Claudel en 1882, une jeune élève surdouée avec laquelle il entretient une relation passionnelle jusqu’à leur séparation tragique en 1898.

La porte de l'enfer

Le baiser

Entrée libre: Rodin

La sculpture en mouvement

Camille Claudel

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More