C'est libre que je suis meilleur

Réalité intelligente

Réalité intelligente

Cinq mille dollars pour avoir le permis d’exploiter une culture qui, dans les montagnes du Rif est un délit. Ces exploitations; à Oakland aux USA, rapportent plus d’un million de dollars annuellement à la mairie, sans compter les taxes sur les ventes. En Angleterre, cette culture est passée derrière les portes de laboratoires pharmaceutiques. Les exploitants déposent brevet sur brevet et cela va de la méthode de culture aux molécules extraites pour servir d’analgésique chez les patients atteints de cancer ou de sclérose en plaque.
Les américains ne parlent plus de psychotropes ou de drogue mais de marijuana thérapeutique. Ils sont à la veille de la prohibition à l’encontre de cette plante. Légalement, la culture du cannabis est tolérée tant que cela rapporte à la mairie tant pour améliorer les services publics, que cela crée des emplois et diminue la charge de la sécurité en diminuant les effectifs. Dans les régions où le cannabis est légalisé, on a vu la criminalité diminuer. A la veille de ce qu’ils appellent la ruée verte, à New York, la bourse regarde vers ces nouveaux fermiers pour investir. Wall street, on le sait, ne s’intéresse qu’à ce qui rapporte de l’argent. « Wegrow », une chaîne qui exploite ce nouveau marché et va jusqu’à délivrer des franchises dans d’autres régions comme en Arizona où la culture et la consommation connait une effervescence inimaginable, il y a quelques années.
Le cannabis est en train de devenir légal car, aux USA, comme en Angleterre, le citoyen est roi et si la légalisation de cette plante permet de contrôler son commerce, des cabinets de conseils planchent sur comment organiser le commerce, faire des projections pour en définir les frontières et, si cela permet une meilleure sécurité, une activité transparente, pourquoi hésiter à en faire une branche pareille à celle du vin ou de la cigarette pourtant toutes aussi néfastes pour la santé que la cannabis !


Après tout,

C'est quoi la vie ?

J’ai découvert un paradoxe.
Si vous aimez jusqu’à la douleur,
il n’y a plus de douleur, seulement plus d’amour.

Photo Heidi Levine (GAZA)

 » L’émotion qui est la mienne lorsque je photographie la mort, les milliers de Palestiniens déplacés, les blessures, pèsent aussi lourd que les 40000 tonnes de ruines générées par la guerre des 51 jours entre Israël et la partie contrôlée par le Hamas dans la bande de Gaza. »

Le chanvre indien

Septembre 2019, l’Office français de l’alimentation et des médicaments, l’Agence nationale de sécurité du médicament, a donné son feu vert à des essais limités de cannabis médical en France, ce qui est illégal depuis 1953 .
Beaucoup ont salué cette décision comme une première étape importante vers une réglementation rationnelle et axée sur la santé publique du cannabis en France. L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament a également salué le procès pour ses efforts révolutionnaires visant à produire «les premières données françaises sur l’efficacité et la sécurité» du cannabis pour les thérapies médicales.
Tout cela est bien et bon. Cependant, en ce qui concerne le cannabis, une amnésie historique particulière semble saisir la médecine française. Ces essais ne sont pas les premiers efforts du pays pour produire des données scientifiques sur les produits à base de cannabis médicinal. Loin de là.
Un médicament à ne pas négliger
Au cours de mes recherches sur l’histoire des substances intoxicantes dans la France moderne, j’ai découvert qu’au milieu du 19e siècle, Paris fonctionnait comme l’épicentre d’un mouvement international pour médicaliser le haschisch, une substance intoxicante à base de résine pressée de plantes de cannabis.
De nombreux pharmaciens et médecins travaillant alors en France pensaient que le haschisch était une intoxicante dangereuse et exotique de «l’Orient» – le monde arabo-musulman – qui pouvait être apprivoisée par la science pharmaceutique et rendue sûre et utile contre les maladies les plus effrayantes de l’époque.
À partir de la fin des années 1830, ils ont préparé et vendu des produits comestibles infusés au haschisch, des pastilles et des teintures ultérieures – de l’alcool à base de haschisch – et même des «cigarettes médicinales» contre l’asthme dans les pharmacies du pays.
Tout au long des années 1840 et 1850, des dizaines de pharmaciens français ont misé sur le haschisch, publiant des mémoires, des monographies et des articles de revue par les pairs sur ses bienfaits médicinaux et scientifiques.
Hôtel de Lauzun, lieu de rencontre du Club des Hachichins à Paris. Louis Édouard Fournier
L’épidémiologiste français Louis-Rémy Aubert-Roche a publié un traité en 1840 dans lequel il a fait valoir que le haschisch, administré comme un petit comestible appelé «dawamesk» pris avec du café, a réussi à guérir la peste chez sept des 11 patients qu’il a traités dans les hôpitaux d’Alexandrie et du Caire pendant l’épidémie de 1834-1835. Anti-contagioniste à l’ère de la théorie pré-germinale, Aubert-Roche, comme la plupart des médecins à l’époque, croyait que la peste était une maladie non transmissible du système nerveux central transmise aux humains par «miasme» ou mauvais air, dans des zones non hygiéniques et mal ventilées.
Aubert-Roche croyait donc, confondant soulagement des symptômes et chance de guérison, que l’intoxication au haschisch excitait le système nerveux central et contrecarrait les effets de la peste. «La peste», écrit-il, «est une maladie des nerfs. Le haschich, une substance qui agit sur le système nerveux, m’a donné les meilleurs résultats. Je pense donc que c’est une drogue à ne pas négliger. »
Le médecin Jacques-Joseph Moreau de Tours, organisateur du tristement célèbre Club des Hachichins à Paris dans les années 1840, a également annoncé le dameskaw comme un médicament miracle homéopathique pour le traitement des maladies mentales. Moreau croyait que la folie était causée par des lésions au cerveau. Et croyait également que le haschich neutralisait les effets.
Moreau rapporte dans son ouvrage de 1845, «Du Hachisch et l’aliénation mentale», qu’entre 1840 et 1843, il guérit sept patients souffrant de maladie mentale à l’Hôpital Bicêtre au centre de Paris avec du haschisch. Moreau n’était pas totalement hors de la base; aujourd’hui, les médicaments à base de cannabis sont prescrits pour la dépression, l’anxiété, le SSPT et les troubles bipolaires.
Malgré la petite taille de l’échantillon, des médecins des États-Unis , du Royaume – Uni , d’ Allemagne et d’ Italie ont publié des critiques favorables du travail de Moreau avec le haschisch à la fin des années 1840 et dans les années 1850. On l’a salué comme une «découverte de grande importance pour le monde civilisé ».
(Récolte de chanvre sur la rive du Rhin. Créé par Lallemand et publié sur L’Illustration, Journal Universel, Paris, 1860. Marzolino / Shutterstock.com)
Guerres de teinture
Bien que les médecins en France et à l’étranger aient présenté le dawamesk comme un remède miracle, ils se sont également plaints de l’incapacité à normaliser les doses en raison de la variation de la puissance des différentes plantes de cannabis. Ils ont également écrit sur les défis posés par la falsification commune du dawamesk, qui était exporté d’Afrique du Nord et souvent mêlé à d’autres extraits de plantes psychoactives.
Au début des années 1830, plusieurs médecins et pharmaciens de l’Empire britannique ont tenté de résoudre ces problèmes en dissolvant du haschisch dans de l’alcool pour produire une teinture. Au milieu de la décennie, les pratiquants français ont emboîté le pas. Ils ont développé et commercialisé leurs propres teintures de haschisch pour les patients français. Un pharmacien à Paris, Edmond de Courtive, a marqué sa concoction «Hachischine» après les infâmes assassins musulmans souvent associés au haschisch dans la culture française.
La popularité de la teinture de haschisch a augmenté rapidement en France à la fin des années 1840, atteignant un sommet en 1848. C’est à ce moment-là que le pharmacien Joseph-Bernard Gastinel et le De Courtive susmentionné se sont engagés dans une bataille juridique sur le brevet – alors connu sous le nom de «droit de priorité» – pour la teinture fabriquée par une méthode de distillation particulière. «L’Affaire Gastinel», comme l’appelle la presse, a provoqué un tollé dans les milieux médicaux français et occupé les pages des revues et journaux à Paris pendant une grande partie de cet automne.
Pour défendre son brevet, Gastinel a envoyé deux collègues pour défendre son cas à l’Académie de médecine en octobre 1848. L’un, un médecin appelé Willemin, a affirmé que non seulement Gastinel avait conçu la méthode de distillation de teinture en question, mais que sa teinture offrait un remède pour le choléra, également considéré comme une maladie des nerfs.
Bien que Willemin n’ait pas réussi à convaincre l’Académie de Gastinel du droit de priorité, il a convaincu les médecins de Paris d’adopter la teinture de haschisch comme traitement contre le choléra.
Les médecins de Paris n’ont pas eu à attendre longtemps pour tester la théorie de Willemin. Une épidémie de choléra a éclaté dans la périphérie de la ville quelques mois plus tard. Mais lorsque la teinture de haschich n’a pas réussi à guérir les près de 7 000 Parisiens tués par la «mort bleue», les médecins ont de plus en plus perdu confiance en la drogue miracle.
Au cours des décennies suivantes, la teinture de haschich est tombée en discrédit alors que les théories médicales de l’anti-contagionisme qui sous-tendaient l’utilisation du médicament contre la peste et le choléra ont fait place à la théorie des germes et donc une nouvelle compréhension des maladies épidémiques et de leur traitement. Au cours de la même période, les médecins d’Algérie française ont de plus en plus souligné l’utilisation du haschisch comme une cause clé de la folie et de la criminalité chez les musulmans autochtones, un diagnostic qu’ils ont appelé «folie haschischique» ou psychose induite par le haschisch. Annoncé comme une drogue miracle quelques décennies auparavant, à la fin du 19e siècle, la drogue a été rebaptisée «poison oriental».
Leçons d’aujourd’hui
Ces efforts antérieurs pour médicaliser le haschisch dans la France du XIXe siècle offrent aujourd’hui aux médecins, aux responsables de la santé publique et aux décideurs plusieurs informations importantes dans leur travail de retour des médicaments à base de cannabis sur le marché français.
Premièrement, ils doivent s’efforcer de dissocier les substances intoxicantes et les médicaments du cannabis des notions coloniales d’altérité «orientale» et de violence musulmane qui ont ironiquement soutenu à la fois la montée et la chute du haschisch comme médicament en France au cours du XIXe siècle. Comme l’érudit Dorothy Roberts l’a astucieusement soutenu dans son discours TED de 2015, «la médecine de course est une mauvaise médecine, une science médiocre et une fausse interprétation de l’humanité».
Les médecins et les patients doivent également être mesurés dans leurs attentes des avantages du cannabis médicalisé et ne pas trop promettre, puis fournir des résultats médiocres, comme cela s’est produit avec l’hachichine lors de l’épidémie de choléra de 1848-1849.
Et ils doivent garder à l’esprit que les connaissances médicales se déroulent historiquement et que jalonner la nouvelle carrière du cannabis comme médicament sur des théories contestées pourrait attacher le succès de la drogue au mauvais cheval, comme cela s’est produit avec le haschisch après l’obsolescence de l’anti-contagionisme dans les années 1860.
Mais si la France s’engageait dans son passé colonial, réformait ses politiques prohibitionnistes et continuait à ouvrir la voie légale aux essais de cannabis médical, elle pourrait peut-être redevenir un leader mondial dans ce nouveau mouvement de la marijuana médicale.

David A GubaJr.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More