C'est libre que je suis meilleur

Marlon Brando

L'icône, le mythe... Jusqu'à refuser l'oscar !

Marlon Brando

A la suite de son renvoi d’une école militaire, il intègre l’Actor Studio de New York. Sous la direction de Lee Strasberg, il développe ses talents d’acteur et devient un inconditionnel de la méthode de Konstantin Stanislavsky. Au départ, il joue énormément au théâtre mais refuse les propositions des studios hollywoodiens. En 1950, il interpréte un infirme de guerre dans « C’étaient des hommes ». Signe de son perfectionnisme, il passe de nombreux mois dans un hôpital militaire pour rendre son interprétation convaincante.
L’adaptation pour le cinéma d' »Un tramway nommé désir » (1951) par Elia Kazan lance sa carrière. Deux ans plus tard, il retrouve le réalisateur pour les besoins de « Viva Zapata » !. Ce cinéaste lui offre certains de ses meilleurs rôles comme dans « Sur les quais » (1954), drame pour lequel il remporte un Oscar. Son personnage dans « L’Equipée sauvage » (1953) fait de lui l’icône de toute une génération. Il s’illustre dans différents registres comme le péplum avec « Jules César » (1953) ou la comédie musicale avec « Blanches colombes et vilains messieurs » (1955), tous deux orchestrés par Joseph L. Mankiewicz. Son jeu et son charisme impressionnent les professionnels et le public.
A partir des années 60, Marlon Brando s’aventure dans des projets de plus en plus risqués. Il s’essaie à la réalisation avec « La Vengeance aux deux visages » (1961) qui se solde par un véritable échec commercial. Il enchaîne avec le tournage des « Révoltés du Bounty » (1961) qui connaît de nombreuses difficultés. Les sujets trop hardis de ses longs métrages comme « La Poursuite impitoyable » (1967) et « Reflets dans un oeil d’or » (1967), qui traite de l’homosexualité, inquiètent les financiers. Mais, c’est surtout son caractère insupportable, dont il fait preuve sur les tournages de « Queimada » (1971) et du « Corrupteur » (id.), qui le met à l’écart des plateaux.
En 1972, alors qu’il est devenu persona non grata, Francis F. Coppola, contre toute attente, lui offre le rôle de Vito Corleone dans « Le Parrain », un personnage qui donnera un nouveau souffle à sa carrière. Marlon Brando ne s’est pas pour autant assagi. Il refuse l’Oscar pour ce rôle en signe de protestation contre le mauvais traitement des Indiens dans le cinéma américain. Puis, il interprète le sulfureux « Dernier tango » à Paris (1975). Il exige alors des cachets exorbitants pour finalement jouer de petits rôles dans « Superman » (1978) et « Apocalypse now » (1979). Las des vicissitudes hollywoodiennes, il s’exile sur une île du Pacifique pendant dix ans.
A la fin des années 80, Marlon Brando vit une véritable tragédie avec le suicide de sa fille Cheyenne, consécutif au meurtre de son amant par son frère. Les dépenses liées aux procès de ces sombres histoires le poussent à retourner devant les caméras. Fini le temps des chefs-d’oeuvres, c’est un Brando obèse et fatigué qui fait son retour. Plus que jamais, il court le cachet comme avec Premiers pas dans la mafia (1989), « L’Ile du docteur Moreau » (1996) et « The Score » (2001), sa dernière apparition à l’écran. En cette fin de carrière, on retiendra tout de même ses remarquables prestations dans « Une saison blanche et sèche » (1989) et « The Brave » (1998), la première réalisation de Johnny Depp.

Source: AlloCiné

Cinéma

15 octobre 2003
2h 17min
Drame, Thriller, Policier

Fils du réalisateur et comédien Leo Penn et de l'actrice Eileen Ryan, Sean Penn, frère aîné de Chris Penn, est formé au Group Repertory Theatre de Los Angeles. Il y aborde la comédie et la mise en scène, et se consacre au théâtre. Après quelques apparitions à la télévision, le comédien décroche, en 1981, un rôle dans Taps de Harold Becker, un film qui révèle également Tom Cruise.

Sean Penn
Sean Penn

En 1986, il épouse Madonna qui lui donne la réplique dans la comédie policière Shanghai surprise (1986). L'échec commercial et critique du film n'empêche pas Sean Penn de s'imposer à Hollywood. Il campe le fils de Christopher Walken dans Comme un chien enragé (1985) et s'illustre en nouvelle recrue policière dans Colors de Dennis Hopper. Un tempérament fort, rebelle, lui permet de composer les "violents" (il est un soldat américain violeur dans Outrages et le condamné à mort de La Dernière marche) ou les loosers magnifiques (She's so lovely avec sa deuxième épouse Robin Wright Penn). Cyniques et manipulateurs, les personnages qu'il campe appartiennent aussi bien au film noir (L'Impasse, U-Turn, ici commence l'enfer), au thriller (The Game), qu'au film de guerre (La Ligne rouge).

KEVIN BACON

Après une enfance passée à Philadelphie, Kevin Bacon s'installe à New York pour entamer une carrière théâtrale. C'est ainsi qu'on le retrouve dans les pièces off-Broadway Getting Out, Forty Deuce et Slab Boys, où il partage alors la vedette avec Sean Penn. L'année 1978 marque ses débuts sur grand écran. On l'aperçoit notamment dans la comédie American College de John Landis. Sauvagement abattu dans le film d'horreur Vendredi 13 (1980), il figure également au générique du Diner (1982) de Barry Levinson et rencontre le succès sur les rocks endiablés de la comédie musicale Footloose (1984).Marié à la comédienne Kyra Sedgwick, Kevin Bacon trouve ses plus beaux rôles dans le cinéma fantastique, prêtant son visage inquiétant et anguleux aux films Tremors (1990), L'Expérience interdite (1991), Hypnose (1999) et L'Homme sans ombre (2000).

LAURA LINNEY

Diplômée de la Brown University et de la Juilliard School, Laura Linney complète sa formation de comédienne à l'Ecole de Théâtre de Moscou. Elle se produit ensuite dans les pièces Beggars in the house of plenty de John Patrick Shanley et Sight unseen, qui lui vaut le Theatre World Award et une citation au Drama Desk. Laura Linney décroche son premier rôle au cinéma, celui d'une jeune institutrice dans Lorenzo de George Miller en 1992, mais le grand public la découvre véritablement en 1995 et 1996 grâce à Congo de Frank Marshall, où elle interprète une exploratrice, et Peur primale, dont elle partage l'affiche, en avocate de la partie civile, avec Richard Gere

PlayPause
Shadow
Slider

Un autre coup de cœur

Marlon Brando

3 avril 1924 Omaha Nebraska USA

Le parrain Corleone

Scènes du ``Parrain``

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More