C'est libre que je suis meilleur

L’amnésie de l’Histoire

L'histoire, dit-on, est écrite par les vainqueurs et les dictateurs.

Premiers indices

Erwin Rommel, Generalfeldmarschall allemand de la Seconde Guerre mondiale, né le 15 novembre 1891 à Heidenheim et mort le 14 octobre 1944 à Herrlingen.

Quand je partis voir les plages du débarquement allié, en Normandie, en 1944, je me rendis compte que les combats ont été meurtriers. L’Allemagne nazie avait fait les choses dans les règles et la défense atlantique partait de la frontière espagnole , au Sud, jusqu’en Norvège, au Nord. Les côtes étaient truffées de défenses infranchissables; barbelés, mines, bunkers avec canons et mitrailleuses… On comprend, tout de suite pourquoi Hitler avait confié cette mission à son général préféré, Rommel ou plus connu comme « Le renard du désert » quand il commandait l’Afrika corps en Afrique du Nord.
La visite du site « Omaha Beach » donne un aperçu des combats avec les cratères des bombes lancées par l’aviation alliée, les bunkers détruits et sur la plages, quelques traces persistent de la défense nazie. Le site a été transformée en musée à ciel ouvert avec guide et monuments. A la pointe du Hoc, un grand roc de granite marque ce qu’on désigne comme étant le plus grand débarquement de l’humanité.
Depuis la défaite allemande, en 1945, les alliès  célèbrent chaque année ou presque cette victoire qu’ils se sont attribuée. A chaque anniversaire, on invite ceux qui, des anciens combattants, vivaient encore. Une célébration en grande pompes avec, souvent, la présence du président et son gouvernement. On dévoile des monuments, on écoute des chorales et des discours et on s’applaudit pour la mémoire des soldats morts pour la liberté.
Chacun son tour, les pays de l’alliance, dévoilait la statue de son combattant inconnu. De l’Australie à l’Ecosse en passant par es USA ou le Royaume Uni, chacun y va de sa bravoure et de son courage. Le combat pour la liberté semble n’avoir concerné que eux.

Pourtant,

Bien des hommes sont morts dans cette grande bataille, des hommes qui ne vivaient pas sur les territoires envahis par l’armée nazie. Des hommes qu’on est allé chercher dans… les colonies. Le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, le Sénégal… étaient des usines de chaire à canon.
Dans les sociétés du Maghreb, la participation de ces hommes aux guerres des Français n’est comprise, et même parfois violemment rejetée. Cela s’est traduit par leur exclusion des récits nationaux. Ce télescopage de destinées et d’histoires est peut-être moins brutal au Maroc, Mohammed V ayant été associé à la victoire. En 1944, le sultan est fait compagnon de la libération par de Gaulle.

« Tuer Blancs, couper caboche aux Allemands… »,

disaient les tirailleurs sénégalais en 1914, illustrant la subversion des tabous coloniaux. L’invincibilité et la supériorité de l’« homme blanc » sont ainsi mises à mal.

Faut-il, pour cela, s’étonner ?

La contribution des étrangers aux armées françaises est ancienne, Louis VII, Louis XIV ou Napoléon Ier ayant recruté des régiments étrangers dans toute l’Europe. Les « africains » étaient estimés pour leur courage et leur combativité. La bataille de Dunkerque en a donné la parfaite illustration quand il fallait stopper les nazis pour permettre aux anglais de battre en retraite. C’est dire à quoi sont destinées ces troupes qu’on déplace avec la bénédiction de leurs pouvoirs. près de 1,5 million de morts sur 9 millions de mobilisés. Nos compatriotes ont payés le prix fort pour sauver ce qu’on appelle , aujourd’hui, des démocraties occidentales.
Les premières unités de fantassins, les zouaves (du nom de la tribu des Zouaoua), de cavaliers, les spahis, et de tirailleurs. Ces soldats algériens, nommés turco, portent des uniformes orientaux inspirés des armées ottomanes : la chéchia, le gilet et le pantalon bouffant rouge. En 1841, le premier régiment de tirailleurs indigènes d’Alger est créé. En 1856, il est rebaptisé 1er régiment de tirailleurs algériens (RTA). Les tirailleurs sénégalais apparaissent en 1857, les tirailleurs annamites en 1878.

Le revers de la médaille

L’image des coloniaux est utilisée par la propagande pour démontrer la fidélité des populations de ces territoires.une fois les combats terminés, ces soldats retournent dans leur village, renouant avec le quotidien colonial, une situation insupportable pour eux. Car les longues années de régiment les ont transformés, souvent usés et moralement diminués. La France leur attribue le statut d’« ancien combattant », ce qui leur offre une assistance. Puis les indépendances font d’eux d’anciens soldats de l’« armée d’occupation. En reconnaissance de leur sacrifice au nom de la « liberté »,  en vertu de l’article 71 de la loi 59-1454 du 26 décembre 1959, les pensions des soldats coloniaux étaient bloquées à un niveau très inférieur à celui des pensions des soldats français, faisant d’eux des soldats de seconde zone.

Pendant ce temps…

Les alliés fêtent leur héros… à l’image de la célèbre photo des soldats américains « raising the flag » à Iwo Jima du célèbre photographe Rosenthal

Votre impression

Les héros de la 2° guerre

En 1954, le corps expéditionnaire d’Indochine est composé à 60 % de « coloniaux » (sur 194 000 hommes, on compte 36 000 Nord-Africains, 19 000 Africains et 60 000 Indochinois) dont mon grand père qui était revenu avec pour seule souvenir, une cuillère en argent frappée des lettres US !.

signature

Restez au courant
des nouvelles publications !

En vous abonnant, vous recevrez périodiquement
ma lettre d'information


avec l'assurance que votre email restera confidentiel !.


P.S: Vérifier dans le dossier courrier indésirable.


L'artisan de la victoire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More