C'est libre que je suis meilleur

Photographie: les maîtres

Dorothea Lange /

photographier la conscience américaine

La misère de la grande dépression

LANGE DOROTHEA (1895-1965)

Figure exemplaire de la photographie américaine du XXe siècle, Dorothea Lange laisse une œuvre humaniste dont la partie la plus visible concerne la crise sociale que connurent les États-Unis pendant les années de la Grande dépression. En lui permettant d’exprimer avec force son témoignage, son style novateur et direct vaut à certaines de ses images de s’inscrire en chefs-d’œuvre dans l’histoire de la photographie.

Dorothea Lange est née le 26 mai 1895 à Hoboken, dans le New Jersey (États-Unis), de l’avocat Henry Nutzhorn et de Joan Lange, immigrés allemands de tradition luthérienne. L’enfance de Dorothy Nutzhorn est difficile : frappée par la poliomyélite à l’âge de sept ans, elle partage avec sa mère et son jeune frère Martin le désarroi provoqué par le départ de son père. Joan Lange s’installe ensuite avec ses deux enfants chez sa mère, couturière. Lycéenne à la Wadleigh High Scholl de New York, Dorothy Nutzhorn décide à dix-huit ans de devenir photographe par la voie commune de l’époque, en assistant des professionnels, notamment Arnold Genthe. La formation d’institutrice à la Training School of Teachers de New York, qu’elle suit pour rassurer les siens, ne la détournera pas de son projet, qu’elle conforte en suivant en 1917 les cours de photographie de Clarence White à la Columbia University. Le voyage qu’elle entreprend l’année suivante avec une amie dans le dessein de découvrir le monde tourne court : victimes d’un vol à San Francisco, les deux jeunes femmes y arrêtent leur périple. L’incident est profitable à Dorothy qui trouve un emploi de retoucheuse dans un magasin de photographie où on lui confie bientôt la réalisation de portraits commerciaux. L’élève de Clarence White se souvient des leçons du pictorialisme et connaît un succès instantané avec ses portraits nimbés de mystère, dont le léger flou séduit et flatte la clientèle fortunée de San Francisco, avant de s’ouvrir aux célébrités, artistes et intellectuels.

La première exposition de Lange a eu lieu en 1934, et par la suite sa réputation en tant que photographe documentaire qualifiée a été fermement établie. En 1939, elle a publié une collection de ses photographies dans le livreUn exode américain: un record d’érosion humaine . Son deuxième mari, l’économiste Paul Taylor , a fourni le texte. (Le premier mari de Lange était le peintre Maynard Dixon). Elle a ensuite reçu une bourse Guggenheim en 1941, et l’année suivante, elle a enregistré laévacuation massive des Américains d’origine japonaise vers des camps de détention après l’ attaque du Japon sur Pearl Harbor . Ce travail a été célébré en 2006 avec la publication deEmpounded: Dorothea Lange and the Censored Images of Japanese American Internment , édité par les historiens Linda Gordon et Gary Y. Okihiro. Après la Seconde Guerre mondiale , Lange a créé un certain nombre d’essais photographiques, dont Mormon Villages et The Irish Countryman , pour le magazine Life .

L'appareil photo

Vivre avec 4$ par jour !

Lange a étudié la photographie à Columbia University à New York sousClarence H. White , membre du groupe Photo-Sécession . En 1918, elle décide de voyager à travers le monde, gagnant de l’argent en vendant ses photographies. Son argent étant épuisé au moment où elle est arrivée à San Francisco, elle s’y est donc installée et a obtenu un emploi dans un studio de photographie.
Pendant le Grande Dépression , Lange a commencé à photographier les chômeurs qui erraient dans les rues de San Francisco. Des images telles queWhite Angel Breadline (1932), montrant la condition désespérée de ces hommes, a été exposée publiquement et a reçu une reconnaissance immédiate du public et d’autres photographes, en particulier des membres du groupe f.64 . Ces photographies ont également conduit à une commission en 1935 de la Federal Resettlement Administration (appelée plus tard laAdministration de la sécurité agricole [FSA]). Cette dernière agence, créée par le département américain de l’Agriculture , espérait que les images puissantes de Lange porteraient la situation des pauvres des régions rurales à l’attention du public. Ses photographies de travailleurs migrants , avec qui elle vivait depuis un certain temps, étaient souvent présentées avec des légendes reprenant les paroles des travailleurs eux-mêmes. Le directeur de la FSA, Roy Styker, a considéré son portrait le plus célèbre,Migrant Mother, Nipomo, Californie (1936), pour être lareprésentation emblématique de l’agenda de l’agence. L’œuvre est désormais suspendue à la Bibliothèque du Congrès .

American Exodus

« Un bout de viande terrorisait les enfants »

 

En 1953-1954, Lange a travaillé avec Edward Steichen sur «The Family of Man », une exposition organisée par le Museum of Modern Art (MoMA) à New York en 1955. Steichen a inclus plusieurs de ses photographies dans l’exposition. Au cours des 10 années suivantes, elle a parcouru le monde, documentant photographiquement les pays de toute l’Asie, notamment l’Asie du Sud, le Moyen-Orient et l’Amérique du Sud . Enfin, dans l’année qui a précédé sa mort en 1965, Lange a passé une grande partie de son temps à travailler sur une exposition de son travail qui se tiendra au MoMA l’année suivante. Elle est décédée d’un cancer peu de temps avant l’ouverture de la rétrospective.

Présentation

Les maîtres de la photographie

Découvrir, à travers l'oeuvre des grands photographes comment la photographie est devenue un art, à part entière

L'Art Photographique

« L’appareil photo est un outil qui enseigne aux gens à voir sans appareil photo »
Dorothea Lange

Apprendre la photographie : voir et écouter

Paris Musée Rodin Photo NOURR Edine © 2014

Le portrait en photographie

'Un portrait n'est pas une ressemblance. Dès lors qu'une émotion ou qu'un fait est traduit en photo, il cesse d'être un fait pour devenir une opinion. L'inexactitude n'existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d'elles n'est la vérité'.
............................................................. Richard AVEDON

"Samia" Photo NOURR Edine © 2018 Chavagne

Sous le ciel de Fort Boyard
Photo NOURR Edine © 2015 La Rochelle

Sous le ciel de Fort Boyard
Photo NOURR Edine © 2015 La Rochelle

Au gré du hasard...
Snapshoting...
Portrait d'enfant
Nature
Nature
Carnets de voyage
Artisanat
social

A suivre...

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More