C'est libre que je suis meilleur

Authentique / Que reste-t-il ? / Parlons d’amour, plutôt / Pauvre / Litanie / Polygame

L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout de sa pensée. Léon Blum

Authentique

Ne rien dire et garder le silence
et l’air se parfume sans effort…
Nul besoin de le dire, de le crier,
il est là comme une présence
je sais, au fond de moi, son importance
je le sens, je le vis et le respire,
il s’écrit avec grâce, sur mon visage
du regard qui sait voir sans insolence
au sourire qui apaise et transforme
le sombre doute en claire certitude.
Ses bruits, ses cris et sa poussière
n’est-ce pas l’air que j’ai respiré
au premier cri, à ma naissance.
Je ne le brandis pas pour convaincre
Nul besoin de le montrer ou le dire
il est moi et je suis lui comme un reflet
Il est ma joie quand je le retrouve,
ma tristesse quand on le bouscule
Ma colère quand on l’agresse
et ma haine quand on le diminue.
Je tairai son nom, juste par pudeur
que serait-il s’il avait besoin de moi
pour grandir, briller ou éblouir.
C’est lui, la fierté d’être moi,
il habite mes papilles et mes narines
il est le gout multiple et l’odeur plurielle
quand la faim taquine mes entrailles,
il est l’odeur et l’ivresse incroyable
des printemps qu’il prépare en silence.
Je le vois vivre, je le vois souffrir
comme une femme devenue mère
comme une rivière qui refuse,
dans le silence du sol qu’elle traverse,
de quitter son lit pour mourir.
De quoi parles-tu ? me dit l’hirondelle.
De toi, et du nid auquel, chaque année,
tu retournes, sans le vouloir.
Qu’on me regarde comme un paria
quand je lui refuse le maquillage
quand, sous les couleurs factices
on veut le parer pour le rendre commun
je le vois plus grand que leur discours
plus vrai que leur conscience
et plus fort que leur conviction.
C’est son originalité qui fait sa grandeur
et c’est sa grandeur à laquelle j’aspire
sa singularité émeut et dérange
si sa beauté attire les convoitises
c’est la menace qui le rend fort.

  • De quoi tu parles, toi ?
  • de tout et de rien ! Comprenne qui pourra.

Parlons d’amour, plutôt !

Le matin s’étire dans cette lumière blanchâtre d’un soleil gêné par les nuages. La fleur hésite avant de s’ouvrir et l’insecte essaie de résister à l’envie de s’envoler. L’obscurité de la chambre semble vouloir rester épaisse pour ne pas déranger le sommeil.
Elle dort avec ce visage qui semble écouter le rêve qu’elle se raconte dans son inconscience volontaire. Elle voit son homme malade et sa souffrance s’écrit sur son front avec un jeu subtil de mouvements des sourcils.
Il la regarde et comme à chaque fois qu’il la surprend dans son sommeil, son cœur éclate de rire en pensant à sa manière d’être heureuse tout le jour. Il relit ses humeurs sur ses traits, à peine fermé par le repos quotidien. Au fond de lui, quelques éclats d’amour crépitent et un sourire se dessine sur son visage. Il pense à la magie de l’Amour qui a réunit leurs destins, il pense aussi à la chance qu’il a, lui, d’avoir évité de résister à l’appel qu’elle lui jetait dans ses regards.
Quand il entend les autres parler d’amour, il s’étonne, et elle avec lui, que l’on puisse se vanter de pouvoir le définir. Pour eux, l’Amour est un habit de lumière qu’on enfile sans se demander à quoi il sert. C’est une atmosphère qui s’invente dès qu’ils sont ensemble et devient une présence familière quand ils se quittent ou se séparent. Ils n’ont point besoin de dire qu’ils savent ce que aimer veut dire. L’amour les enveloppe, les habite et guide leurs désirs. Ils le retrouvent dans les mots qu’ils partagent, dans les gestes qu’ils se font et dans les actes qu’ils se destinent. Sans lui, elle ressent un froid qu’elle seule peut définir, sans elle, il retrouve les défauts masculins qu’elle s’acharne à adoucir. Elle ne craint ni le regard qu’il jette sur les femmes, ni les absences inexplicables qui réveillent le doute et brisent la confiance. Il aime à la voir comment réagir quand une maladresse masculine tente de souiller sa présence. Ils ne s’aiment pas, ils vivent leur amour car prétendre aimer rend l’amour inaccessible.
Il tira la couverture sur le mollet nu et sortit sans faire de bruit. Il adore la voir dormir comme il aurait aimer le faire.

Fontaine de Médicis - Jardins du Luxembourg Paris)

Litanie

Congé sans salaire…
Disparaître des radars…
pour une durée indéterminée…
Partir sans se retourner
sans laisser d’adresse.
Attendre et laisser pourrir
Regarder ce qui advient
quand on a peur de la liberté
quand on s’habitue aux chaînes

Devenir épervier et s’envoler
pour voir d’en haut
les gens qui s’alignent
les gens qui tremblent
les gens qui survivent
à l’ombre des légendes
sans s’inventer de destin.

Il est mort, le soleil
le jour où on renonce
à une seule de ses libertés!

Vautrés dans leur puissance
ils font défiler des femmes
des jeunes filles et des fillettes
pour en choisir plusieurs
comme de vulgaires trophées
des récompenses imaginaires
pour leur sauvages libidos.

Je regarde les mères
le cœur sur la paume
de leurs mains scarifiées
elles refusent de croire
que leur esclavage
est héréditaire…

Le juge vaincu par sa graisse
compte les rials et les centimes
que lui apporte chaque soir
l’homme sans cervelle
qui lui sert de rabatteur.

Couscous aux grains d’orge
Thé à la menthe odorante
pain pétri à l’ombre des sourires.
Les hommes en uniforme
qui devaient surveiller la paix
deviennent des cannibales
et la loi leur procure
l’audace des bourgeois.

Ouvrier de la plume,
et son ultime testament
qui chante les libertés
au dessus des têtes
qui, par crainte d’être vues,
s’enfoncent dans le sable
Autruches incapables
mulets dociles et obéissants
la peur est une douceur
qui protège du froid,
le muscle tremble
le corps devient chaud
ainsi, dit-on, est le courage.
Courage des chiens poltrons
qui se gonflent en aboyant.
Courage des voix qui crient
manipulant le mensonge
comme une ode à la soumission.

La liberté est la fleur
qui indique, aux hommes,
qu’il faut lever le menton
quand le mépris avance
quand il devient horizon
quand il faut le combattre
quand il faut mourir
pour l’empêcher d’avancer.

La liberté, c’est se battre
pour une idée, pour un destin
qui se dessine avec élégance
sur le torse qui respire…
La liberté, c’est la vie
Elle est plurielle et unique
elle va du droit à la vie
au cri qui dénonce les excès
du devoir de penser
à l’obligation de se battre
pour s’épanouir et grandir
à l’ombre des fraternités.

Restez au courant
des nouvelles publications !

En vous abonnant, vous recevrez,
périodiquement
la lettre d'information
dans votre boîte mail


avec l'assurance que votre email restera confidentiel !

P.S: Vérifier dans le dossier courrier indésirable.
_______________________________________________________ NOURR Edine ©.
A la mémoire de la petite Idya, décédée à Tinghir, en 2017 ...

Que reste-t-il ?

Comment qualifier un pays où une fille de 4 ans meurt dans un hôpital, par faute de moyens ? Que dire quand un ministère ne bouge qu’après le drame qui pouvait être évité ? Que penser des filles qui vont faire le pied de grue devant la prison d »où sort un présumé innocent violeur ? Que doit-on conclure quand le chef d’un parti, évincé, démissionne du parlement et jure de se venger ? Comment expliquer ce retour à cette ambiance où la peur de parler revient à la mode ?

Si Nourr Edine, vous avez résumé l'état de notre Maroc.:

Samira Majdi

A part les paysage grandioses des plages et des montagnes, à part le charme et la beauté des femmes insoumises, à part les quelques rares esprits brillants qui vivent dans l’attentisme prudent, rien ne vient donner l’envie de se battre pour le voir debout, ce pays, pourtant né des légendes valeureuses. Certains ne voient plus l’honneur et la fierté d’y appartenir et, comme des éléphants dans un magasin de porcelaine, ils piétinent et foulent aux pieds ses valeurs. L’argent les rend aveugles au point de se croire investis de pouvoirs, pourtant imaginaires. Le comble est de voir, derrière ces surhommes gonflés de vanité, marcher en ordre, des serfs, moitié humains, moitié esclaves, l’échine courbée, des ombres qui vivotent en ramassant les quelques miettes qui tombent. Pour un regard qui les mettraient en lumière, ils courent derrière la reconnaissance comme des caniches à peine débarbouillés.
Autant j’aime être en colère quand l’injustice frappe l’innocence faite enfant,  autant j’exècre la lâcheté des mots flatteurs et serviles.
Les grandes nations naissent avec le courage comme drapeau et les hommes qui résistent en refusant de vivre à genoux sont les piliers qui soutiennent le ciel qui les protègent. Il a suffit de quelques sourates pour éblouir la moitié d’un peuple encore dans l’ignorance, l’autre moitié s’éblouit par l’éclat des dirhams posés comme un piège à souris affamées.
Que reste-t-il ?

Pauvre

Superbe ! Il n'y a plus qu'à y ajouter un refrain et des notes de musique .

Alaoui Hamid
Je n’ai rien d’autre
que ce regard brûlant
qui vit derrière les cils.
Il réchauffe mes élans
consume les tristesses
que la rue me procurent.
Je n’ai rien d’autre
que le contact d’un épiderme
que ma présence réveille.
Il parle à mon corps,
devient océan infini
quand la caresse devient langage
C’est sur lui que j’écris
ma misère devenues fortune
C’est pour lui que mon cœur bat
chaque nuit, encore plus fort.
Je n’ai rien d’autre
que son éclat de rire pour mélodie
sa voix enchante mes fibres profondes,
son sourire est un éclat de Jade
à nul autre pareil !
Je n’ai rien donné en échange,
pourtant ma richesse est grande
car j’ai le bonheur pour habitude
et l’amour pour religion.
L’ivresse qui parfume ma vie
vaut tous les palais d’or et de lumière.
l’odeur de son corps
est un parfum qui garde le secret
des mélanges de joies et de rires.
Je n’ai rien mais tout ce j’ai est à moi
je sais la valeur des choses
grâce aux messages de ses sourcils
et si demain la vie me joue des tours
j’aurai ma mémoire pour trésor !

L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout de sa pensée.

Blum Léon

Polygame

J’ai vu le chacal
tirer sur la robe diaphane
qui découvre le mollet sensuel.
Les crocs plantés dans la chaire fragile
le sang de la honte,
sur ses commissures tremblantes
il bave, le furieux et le regard se balade
d’une hanche avachie qui lui servait d’établi
pour ses besognes de pervers,
à la chevelure violée par le soleil
de cette nouvelle proie,
de ce nouveau carnage
Il lance son cri de bête,
pas encore humaine,
à qui veut l’entendre,
pour revendiquer
son droit à plusieurs femelles.
Ses compagnons trépignent
en attendant leur tour.
Dans ce territoire devenu basse cour
il suffit de faire une prière
pour que les femelles se mettent en rang.
Rien ne vaut pour elle le partage d’un mâle
à deux, trois et quatre
elles accourent comme des poules
sur le point de pondre.
L’œuf qui vient dans l’absence du coq est stérile.
Lui, le bec en l’air comme un diadème d’arrogance,
glousse dans la complicité du clan.
Faisons semblant de travailler le jour, disent-ils
la nuit se réserve aux orgies légalisées
sur les pages saintes d’un livre
qu’on ne sait plus lire.
Les femme ne savent rien,
il leur faut un homme qui sache dire
ce que la vie apporte quand on cultive le mensonge.
Honte à celui qui se contente d’aimer
l’amour est un piège qui paralyse les libidos
annihile les envies et réduit les destins.

L'homme est un loup pour l'homme

Je vous remercie pour votre visite

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More