C'est libre que je suis meilleur

Merci / Ma vie, c’est demain… / L’échec

Le courage de se rendre à l'évidence quand l'échec est la seule alternative...

Merci pour texte fantastique. Il n'y a rien de plus important que la liberté. Bonne journée Nourr Edine !

Sarah Warsama

Merci

Et doucement la porte
de la grande cage dorée
s’ouvrit toute grande,
l’oiseau s’ébouriffa les ailes
le regard apeuré mais étonné
l’air qu’il respirait prit un autre gout.
La liberté a un arôme de fruit mûr,
elle transcende l’âme et sublime l’esprit.
Avec elle, même l’hivers prend des couleurs
de printemps vierge et d’été brûlant
Tu me laisses partir et c’est tant mieux,
mon chant est plus beau par ciel clair.
Jouer le bibelot dans ton décors
ne convient pas à mon âme
qui ne brille qu’indépendante.
Me forcer à chanter les airs,
qu’à toi seule, conviennent
est l’erreur à ne pas commettre
quand on veut vivre pour aimer.

Du perchoir, je saute et étire mes ailes
jusqu’au bord de la fenêtre
je me retourne et te regarde
triste pour n’avoir pas su m’aimer.
L’amour est un joyau
qui n’a pas besoin
d’écrin pour briller et éblouir
Il est éblouissement à lui tout seul
et ne savent le voir que ceux qui,
pour un grain de sa poussière,
ils vendraient leur âme sans comprendre.

Regarde moi partir et disparaître,
le regret et le remord sont inutiles
quand le cristal, même recollé,
s’est fracassé sur l’insouciance.
Si, chaque jour; tu viendrais à ta fenêtre
avec l’espoir de me voir revenir,
je serai à mille lieux des espaces,
prison que des barreaux d’acier limitent,
ou pour quelques grains jetés…

Me forcer à chanter est ignorance.

Sur les branches des acacias
ou à l’ombre des chênes centenaires
mon chant est enchanteur,
ma voix arrive à faire frissonner
la rosée sur les pétales de roses.
Elle donne la chaire de poule
à la vieille impatiente de mourir
et réveille la joie dans les ventres affamés.

Je n’appartiens à personne
et je m’appartiens, dis-toi bien,
comme il m’appartient de décider
qui, quand et comment il faut aimer.

Adieu aurore précèdent le soleil
Adieu printemps en retard
Adieu, impatient et précoce été
Adieu aux mots qui, incertains,
naviguent dans un seul sens
Adieu aux rêves que,
sans droit, on impose.
Je vole, seul,
au dessous des nuages
et à chaque battement d’aile
ma liberté reprends ses droits.
Mon cœur bat et mon âme respire
l’air des oiseaux solitaires mais libres !


Ma vie, c’est demain…

Derrière moi,
il n’y a qu’une mémoire
insaisissable et imaginaire
comme une promesse donnée
jamais réalisée…
Il y a un serment d’allégeance
à peine chuchoté sur le baiser premier.
Il y a un regard dessiné comme une galaxie,
immense, lointaine et infinie.
Quand je me retourne pour regarder,
des larmes collent à mes cils
et m’empêchent de voir, discerner
la forme que j’ai crue éblouissante
les courbes, en apparence, vertigineuses
et les volumes taquinant le désir.
Je ne vois, ni l’éclat des mots
ni la musique des pas,
encore moins cette peur
de tout perdre un jour.
Ai-je été berné ?
ou ai-je voulu me berner ?
Qu’importe !
le cadavre de mon passé
gît sur la chaussée couverte
par le pas étranger des ombres
qui passent sans me regarder.
Il est mort le temps des attentes vaines
celui des joies que j’ai crues réelles,
celui des baisers interminables
et celui des corps confondus
dans l’allégresse des amours véritables.
Aujourd’hui, il me faudra revoir
ma tendance à croire et à imaginer
que derrière chaque regard, chaque sourire
il y a des âmes qui vivent sans compter,
il y a des cœurs qui vibrent à mes poèmes.
Je ne meurs pas mais je tue en moi
les pensées gratuites et les élans souverains.
J’étouffe, pour toujours, le souffle des mots
qui partaient soigner des blessures
dont je n’étais pas responsable.
L’amour est une statue de glaise
qui prend forme sous les doigts
qui s’entremêlent pour vivre.
Est-ce ma faute si certains regards
voient le voile sans regarder derrière ?
Est-ce mon tord que de croire comme un enfant
que le sein qui nourrit est un don du ciel ?
J’ai voulu écrire ma vie comme un roman
j’ai découvert un brouillon orné de ratures.
J’ai perdu du temps à soigner l’orchidée
fragile et malade des courants d’air,
Trop de maladresses ont fini par ternir sa présence.
Elle n’est pas morte, elle attend
qu’un jour, dans la solitude de mon amertume,
elle s’étirera, grandira et fleurira
à l’abri des corps médiocres et inutiles.
Sa vie, douce orchidée, est pareille à la mienne
nous ne savons grandir qu’a l’ombre
du courage des mots et des actes.
Elle et moi, ne savons tricher que pour éblouir
nous ne savons mentir que pour adoucir
la douleur des cœurs en déshérence.


L’échec

 
Des larmes s’évaporent
en touchant les promesses
qu’on n’a pas su tenir…
L’amour est un feu
brûlant sur les lèvres
qui tremblent en se rapprochant
comme il peut réchauffer
les cœurs envahis par le froid
qui transpirent des médiocrités.
Elle me regarde partir, insouciante
du vide qui s’installe dans son horizon
Quand je pense que j’ai aimé
aimer le regard qui me trompe,
aujourd’hui, pour des joies volatiles.
Que de mots inventés pour décrire
la flamme qu’on aime à trouver
dans son regard intelligent,
que de temps perdu à fleurir
pour elle, des jardins secrets
pour qu’aucune ride ne vienne
frelater son beau sourire,
que de bonheurs imaginés
à l’ombre des joies véritables
et que d’énergie perdue à répéter
à chaque réveil, chaque jour,
combien est beau le verbe aimer…
Des âmes aspirent à rester
en haut des cimes vertigineuses,
d’autres se perdent dans le bruit
des existences préfabriquées,
que puis-je faire pour retenir
vive et alerte, cette flamme
qui, un jour, consuma en moi,
mes rêves fous d’adolescent ?
le gout des baisers devient fade
à force de trop se mentir
et ne se délecte de gelée royale
que la reine qui n’a pour alvéole
que celle fabriquée juste pour elle.
Je dors, hélas, chaque soir, avec
des regrets pour rêves d’avenirs
et des remords pour souvenirs,
Supplice inéluctable pour ceux
et celles qui ont trahis l’amour.


This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More