C'est libre que je suis meilleur

Des lèvres / Pour moi / Amour /

Ivresse d'un instant

Il y a des fois des lumières qui déchirent le regard comme un feu d’artifice. L’éblouissement est tel que le soleil vous parait un peu obscure. Vous vous croyez dans le royaume des étoiles et espérez que le matin ne vienne jamais. Quand le sursaut met fin à vos rêves, vous comprenez que toute la lumière que vous avez cru voir, n’était en fait que ce qui reste de l’horizon brûlé par le soleil. L’illusion est telle que vous avez l’impression d’avoir été touché par la grâce d’un ange qui se plait à vous étourdir.
Parfois, c’est la même impression mais sans lumière, juste le bruit des mots sur la clavier avec lequel vous dessinez l’illusion. Des mots que l’esprit a eu le temps de choisir et qui partent ou arrivent comme des murmures de baisers imaginaires.Vous croyez aimer et votre bonheur, bien que virtuel, n’a que l’enveloppe d’une réalité rêvée.
Tout, finalement, n’est qu’illusion !

Des lèvres…

Elle parlent, chuchotent,
suggèrent et annoncent.
Lèvres au gout de Jasmin,
fleur d’oranger ou clou de girofle.
Elles annoncent le baiser
comme une envie de mourir
comme un désir de planer.
Difficile de les écouter
quand le regard se fixe
sur la magie qu’elles inventent.
Elles bougent, parfois,
sans vraiment rien dire
et pourtant, complices du regard
elle taquinent les rêves
et promettent des choses
que la volupté jalouse.
Immobiles, elles narguent le silence
et laissent courir l’imaginaire
sur les promesses du vertige.
Elles enfantent le sourire
et s’étouffent dans le rire.
Les lettres qu’elles dessinent
respirent, longtemps après,
le parfum des confidences.
Elles tremblent et se figent
quand le baiser devient inévitable.
Elle s’écrasent sous le tourment
des âmes qui se confondent.
La nuit gardent d’elles
l’haleine des soupirs
et doucement la sève se parfume
des silences solitaires.
Si le regard est une fenêtre
qui trahit l’âme crédule,
les lèvres disent plus encore,
quand c’est le cœur qui les fait mouvoir.

Pour moi,

Elle est belle comme une fleur,
le regard qui tue les résistances
et, sous l’insolente poitrine,
chante un cœur épris d’amour.
Mon âme se dégrise à la voir marcher,
la hanche raconte l’épopée nocturne
où les mains se confondent,
les corps se libèrent du joug quotidien.
Entre elle et mon corps qui s’efforce
à vouloir tout, en même temps,
il n’y a rien d’autre que la sueur
des mouvements qui rapprochent
les folies interdites et différentes,
des rêves peu communs et pluriels.
Passer une moitié de la nuit
à la convaincre et l’autre moitié
à m’assurer qu’elle est mienne,
c’est le crucial effort inévitable
pour que son âme accepte
de céder aux douleurs d’un destin;
délicieux et unique, à nul autre pareil.
Quand le baiser a un goût étrange
entre la sève des roses et le jasmin,
entre le parfum subtil et l’odeur inconnue
qui vous accueille au paradis,
vous vous dites que le bonheur
n’est pas dans l’éclat du diamant,
le son des deniers qu’on amasse
ou le vertige des richesses immenses,
il est dans un regard qui force la beauté
à s’incliner par crainte de mourir.
Il me faudra, beaucoup écrire,
sur les marches du verbe aimer
pour qu’elle comprenne qu’elle est
au cœur des nirvanas que l’encens parfume.
Volutes de volupté et promesses frémissantes
sur les draps de satin, encore, tièdes
que les corps, sans cesse, martyrisent
avant que le jour n’apporte le réveil importun.
Quand des fois, j’ai soif d’elle,
l’eau claire des sources vierges
restent incapable d’étancher le besoin.
Mon regard s’étiole et mon cœur s’endort
Son prénom devient un refrain, une prière
que je reprends pour m’habituer à son absence.
Pleure, poète, ton âme se déchire
c’est en souffrant pour l’aimer
qu’elle deviendra plus belle encore !

Merci pour votre visite !

Amour

la voix qui dessine pour moi le rêve,
enchante mes solitudes et mes angoisses
Elle vient le soir s’enquérir de mes faiblesses
emporter un peu de mes folles ivresses,
se réchauffer à la chaleur qu’elle imagine
dans mes regards quand elle s’annonce
comme une jouissance à venir,
comme une belle promesse.
J’aime à l’imaginer apaisée et calme
sous l’eau chaude qui dessine son corps
quand elle songe à devenir belle
quand elle oublie qu’elle est jolie
quand elle ne sait pas qu’elle est rare !
J’aime penser suivre ses pas réguliers
quand elle marche, insouciante
des rêves qu’elle réveille sans le savoir.
S’étourdir dans le flots de ses courbes
est une ivresse infinie, un vertige !
J’aime l’écouter chanter le bonheur
que je suis capable de lui inventer.
Mon corps frissonne, ma raison s’oublie
ma conscience s’endort et mon cœur, impatient,
rêve au plaisir qu’il a à l’aimer comme un soleil.
Sa finesse à savoir me dire les choses
m’oblige à dormir, envahi par les odeurs
qui s’échappent des promesses à tenir.
Quand je vois son regard, émeraude ou rubis,
éclatante douceur et chaleur incolore,
mon être guérit ses blessures
et s’incline pour mieux l’aimer
pour plus la chérir, fontaine de Jouvence
filtre salvateur aux relents de musc oriental,
Jasmin fragile ou ambre magique
son baiser est un remède infaillible
pour épurer la tête et le corps
des pensées traîtres et morbides.

"Il est beau, l'amour fait de silences !"

Voir diaporama "Orchidées"

L'anéantissement de tous les mondes équivaut au soupir d'une orchidée

Restez au courant
des nouvelles publications !

En vous abonnant, vous recevrez,
périodiquement
ma lettre d'information


avec l'assurance que votre email restera confidentiel !

P.S: Vérifier dans le dossier courrier indésirable.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More